AccueilCultureCinémaCinéma : "Le prix du succès" ou la face cachée de la réussite

Cinéma : "Le prix du succès" ou la face cachée de la réussite

CultureCinéma Publié le ,

Après 10 ans de galère, Brahim (TaharRahim) connaît enfin la réussite comme humoriste. Amoureux de Linda (Maiwenn), il est resté un bon fils en soutenant sa famille comme il se doit, même si la pression, orchestrée par son grand frère et manager Mourad (RoschdyZem), est souvent forte. Arrivé à un tournant de sa carrière, Brahim est contraint de choisir : continuer ainsi ou s'éloigner des siens pour exister pleinement.

"L'histoire de Brahim, c'est celle de tous ceux qui réussissent. Souvent, l'ennemi vient de l'intérieur, la famille, les amis très proches. De nombreux exemples, dans le cinéma, mais aussi dans la musique ou le football, étayent cette théorie. Je pense au chanteur Faudel, au rappeur Rohff ou à Benzema. Moi aussi, d'une certaine façon, j'ai vécu ce genre de trahison au moment où j'ai intégré la femis. Cela donne un vrai sujet de cinéma", souligne Teddy Lussi-Modeste à l'occasion de la présentation du film à Lyon.

Une thématique, même si elle prend corps autour d'un jeune homme issu d'un quartier populaire, qui se veut universelle (les frères ennemis remontent à la nuit des temps), transcendant la question des origines où la violence qu'engendre la trahison peut conduire à des actes irrémédiables – formidablement incarné par Roschdy Zem qui explore, dans un jeu d'acteur qui l'a entraîné à modifier sa voix, l'ensemble des ressorts du personnage excessif et violent.

Traitée avec réalisme, le Prix du succès est une fable résolument contemporaine, où l'on retrouve tous les codes de 2017 : modification des rapports due aux réseaux sociaux, suggestion de l'idée que tout le monde peut être une vedette où la question du mérite est dénuée de sens, explosion de la violence, notamment dans les rapports entre les hommes et les femmes. Un film qui pose aussi la question de la dette : à qui doit-on véritablement son succès, et quel prix faut-il payer pour être quitte ?

Sortie le 30 août 2017

Comédie dramatique réalisée par Teddy Lussi-Modeste avec Tahar Rahim, Roschdy Zem, Maïwenn. Co-produit par Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma, ce film a été tourné en partie à Lyon, Caluire-et-Cuire, Saint-Didier-au-Mont-d'Or, Corbas, Chatillon d'Azergues et Mionnay (Ain).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?