AccueilLe Printemps de Pérouges, une bulle d'oxygène dans la vie des mécènes

Le Printemps de Pérouges, une bulle d'oxygène dans la vie des mécènes

Avec 17 concerts sur huit lieux différents répartis entre le département de l'Ain et la Métropole de Lyon, la 21e édition du Printemps de Pérouges confirme son caractère atypique et séducteur. Les partenaires et les mécènes qui grandissent avec le festival se rassemblent autour des scènes musicales, pour des instants de bonheur unique, avec leurs familles, leurs amis, leurs clients ou leurs collaborateurs. Réunis lors d'un débat organisé par Le Tout Lyon Affiches, aux côtés de Marie Rigaud, directrice du Printemps de Pérouges, certains d'entre eux ont évoqué leurs liens de fidélité à ce grand rendez-vous : Guy Chifflot, Pdg d'Orapi, René André, dirigeant et fondateur de Sopagemo – Edifice, Laurent Carrion, Pdg de Carrion TP, Nicolas Gagneux, président de 6eme Sens Immobilier et Damien Abad, président du conseil départemental de l'Ain.
Le Printemps de Pérouges, une bulle d'oxygène dans la vie des mécènes
Michel Godet

Publié le ,

René André

Je suis arrivé au Printemps de Pérouges par accident, en tant que simple spectateur, lors d’un concert au Parc des oiseaux où un bénévole m’a placé au premier rang à la place d’un partenaire. Ca a été un déclic, j’ai eu envie de devenir mécène ! Le Printemps de Pérouges, c’est avant tout trois sœurs remarquables de simplicité et de contact. Et c’est un vrai plaisir de pouvoir assister aux spectacles qu’elles ont créés et qui me permettent de découvrir des chanteurs actuels. J’invite mes amis qui sont très attachés au festival et chaque année plus nombreux. Je dois même les canaliser car ils veulent tous venir au concert des Vieilles Canailles !
Le festival a pris une grande ampleur en 2016, en doublant son budget, avec une affiche fabuleuse et l’installation d’un site exceptionnel dans la Plaine de l’Ain avec 8 000 personnes. C’était un pari, qui a généré du stress, mais il a été gagné.

Nicolas Gagneux

Le Printemps de Pérouges est un événement indissociable de la culture lyonnaise, amical et familial. Je suis fan de cette diversité qui permet de satisfaire tous les goûts musicaux et de réunir plusieurs générations, aussi bien parmi nos amis que nos collaborateurs. Sa programmation musicale a un côté sentimental. Dans notre entreprise, la musique a toute sa place, elle détend, elle relaxe. Nous comptons bien sur la présence de Johnny Hallyday lors du dernier concert de la programmation.

Guy Chifflot

Le Printemps de Pérouges est un bon support de communication autour duquel je réunis des clients et des collaborateurs. Notre entreprise, située à Saint-Vulbas, fabrique des produits d’hygiène et de process et a besoin de fidéliser sa clientèle. Le festival est une excellente occasion pour établir un lien de confiance et des relations différentes de celles que l’on a dans un cadre de travail classique. C’est une belle ouverture. En 2016, nous avions 110 invités au concert de Johnny !
Le fonctionnement du festival, avec tous ces bénévoles, est unique. C’est impressionnant ! En prenant une telle envergure, cet événement ne va plus pouvoir se limiter au printemps, il devra durer toute l’année !

Laurent Carrion

La convivialité et l’amitié uniques à cette manifestation ont conduit notre entreprise de travaux publics et de maçonnerie de Vaulx-en-Velin à doubler sa contribution depuis sa première participation il y a une dizaine d’années. Avec sa programmation éclectique, le Printemps de Pérouges apporte un autre regard à nos salariés, qui sont surtout des passionnés de foot et de rugby. Nos clients les plus proches apprécient également de se retrouver dans une ambiance détendue et passer un bon moment.
Dans la vie d’une entreprise, il y a toujours des caps à franchir pour grandir. On prend des risques pour se développer. Et quand ça marche, ça donne envie de continuer. L’appétit vient en mangeant ! Le Printemps de Pérouges a suivi la même dynamique. Pour sa 20e édition, il a voulu marquer le coup, surprendre le public, les partenaires et l’ensemble de ses organisateurs eux-mêmes. Ils ne savaient pas qu’ils étaient capables d’atteindre cette dimension. Maintenant, ils savent. Et aujourd’hui, plus personne ne porte le même regard sur le festival

Damien Abad
La politique culturelle du Département a effectué un recentrage sur la culture. Nous ne sommes plus là pour financer des ballons culturels crevés ! Et notre partenariat avec le Printemps de Pérouges symbolise notre attachement à de telles manifestations qui sont dorénavant ancrées sur notre territoire, et qui s’imposent comme de véritables locomotives culturelles.
La culture c’est de l’économie, et à l’instar des entreprises, ces rendez-vous culturels, méritent qu’on les accompagne. Bien sûr la baisse des dotations impacte nos différents volets de subventions, mais je précise au passage que celles dédiées à Pérouges n’ont pas fléchi. Et je conçois totalement d’ailleurs que des évènements comme celui-ci puisse diversifier ses partenariats. Cette mise en réseau d’une démarche globale de financements est novatrice et salvatrice. Il faut tourner la page de cette politique culturelle à 100% financée par les seules subventions.

Marie Rigaud

Le Printemps de Pérouges a grandi au fil du temps pour atteindre une nouvelle dimension en 2016 pour ses vingt ans, avec le concert de Johnny Hallyday. Il s’est construit sur ce modèle économique atypique, précurseur à l’époque. L’objectif était alors de financer l’événement via des partenariats privés sans attendre des collectivités locales. Et nous avons eu raison, car ce système nous permet de nous renouveler chaque année. En vingt ans, le budget est passé de 50 000 € à plus de 2 M €, 50 % provenant des 60 entreprises privées. Notre fibre entrepreneuriale nous a toujours portés et nous sommes en adéquation avec les chefs d’entreprises, parce que finalement nous exerçons le même métier.
Toutes les histoires de partenariat sont singulières, chacune a un sens, découle d’une anecdote. Tout en faisant du business, nous avons une relation particulière avec nos partenaires, de convivialité et de supplément d’âmes. C’est un réseau qui fonctionne bien et qui se renouvelle chaque année avec une dizaine de nouveaux mécènes.
Ce festival, en électron libre, démontre que la culture n’est pas uniquement un projet financé par l’Etat. Même si les dotations des collectivités locales diminuent, nous ne sommes pas en danger, car nous avons une multitude de partenaires, petits et grands, qui nous permettent de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier. Ce modèle économique fonctionne et confère au festival un équilibre financier chaque année. Mais ce n’est pas sans mal ! Car la concurrence est énorme. Le nouveau site du Polo Club de la Plaine de l’Ain nous a permis de franchir une nouvelle dimension et de sortir du lot sur la scène régionale. Pour faire la différence, on doit frapper fort et donc prendre des risques. Les Vieilles Canailles représentent presque la moitié du budget du festival ! C’est colossal mais un tel événement est aussi une vitrine, un moyen de séduction pour les partenaires et le public. En 2018, le Printemps de Pérouges serait prêt à accueillir Elton John, ACDC, Scorpions…
Un noyau dur de 60 bénévoles revient chaque année, ce sont des fidèles, dévoués corps et âmes, qui, pour rien au monde, ne rateraient une édition. Le Printemps de Pérouges, c’est un peu leur bébé. On les rencontre tout au long de l’année et on crée du lien avec eux. Ils sont tous bienveillants et les artistes sont très sensibles à cette ferveur. Pour les gros concerts, jusqu’à 150 bénévoles participent à l’organisation. C’est un bonus pour le festival. C’est un échange vibrant, c’est un cadeau !
La spécificité du festival est avant tout d’organiser des concerts dans des usines en activité, des sites industriels, à la ferme. La démarche est innovante et originale, elle tisse le lien entre les mondes de la culture, de la musique et de l’économie.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 mai 2022

Journal du28 mai 2022

Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?