AccueilMusiqueLe poète du piano

Le poète du piano

Le poète du piano
Patricia Petibon

CultureMusique Publié le ,

Carnaval, l’une des œuvres pianistiques les plus populaires de Schumann, fait partie des pages figurant dans le dernier album (Dolce Volta) que le virtuose consacre au compositeur romantique allemand. Carnaval sera au programme du concert, encadré par la sonate n°15 « Pastorale » de Beethoven et des pièces de Liszt (Funérailles, Jeux d’eau dans la Villa d’Este, Mephisto-Valse), que Philippe Bianconi donnera Salle Rameau.


Carnaval, modèle de poésie lyrique, alternant moments d’abandon et fulgurances échevelées, ressemble à la carrière de ce pianiste discret, longtemps « abonné» aux salles de concert américaines, dans la foulée de la médaille d’argent décrochée en 1985 au Concours Van Cliburn. Philippe Bianconi a depuis reconquis la Vieille Europe. A 56 ans, il n’a plus rien à prouver. Ce Parisien d’origine niçoise n’a pas non plus à justifier un parcours atypique qui n’est pas passé par la case Conservatoire de Paris. Contrairement à d’autres pianistes de l’Hexagone, on ne l’a jamais cantonné dans le répertoire français où son jeu sensible, lumineux, parfaitement articulé, séduit les plus exigeants.


S’il aime l’atmosphère enivrante du concerto, Philippe Bianconi préfère le récital. « L’exercice est plus difficile, mais la liberté est plus grande. La solitude aussi. Malheureusement ». C’est aussi un exercice dans lequel le connaissent les mélomanes lyonnais qui l’ont applaudi deux fois salle Molière, une autre fois, il y a deux ans, Salle Rameau où il revient à l’invitation de Piano à Lyon.

Salle Rameau, 25 novembre à 20h30
http://www.pianoalyon.com

Patricia Petibon, la belle excentrique

Entre la rouquine, jeune et effrontée, qui interprétait David et Jonathas de Charpentier, dans le cadre l’Académie baroque d’Ambronay, animée en 1994 par William Christie, et la diva qui triomphe sur les plus grandes scènes européennes (Lulu, Manon, Suzanne...), il y a l’ascension de la voix exceptionnelle et de la personnalité attachante de Patricia Petibon.


L’œil pétillant, le sourire espiègle, la silhouette gracile, la soprano colorature séduit par son charme fou. Elle séduit aussi par ses audaces, ses excentricités. Excentrique ? Peut-être le mot qui convient le mieux au programme (mélodies de Hahn, Satie, Fauré, Poulenc, Falla, Bernstein ou encore Gershwin) que la chanteuse, habituée au baroque et aux grands rôles lyriques, interprète accompagnée au piano par Susan Manoff.


Opéra de Lyon, dimanche 27 novembre à 16h
www.opera-lyon.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?