Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le petit Volkswagen T-Cross dans le ton juste

le - - Automobile

Le petit Volkswagen T-Cross dans le ton juste

Volkswagen déboule à son tour dans la catégorie en pleine expansion des petits SUV, avec un prometteur T-Cross qui s'attache à faire la synthèse des qualités nécessaires pour y réussir.

Cinquième modèle de la large famille des SUV Volkswagen, l'inédit T-Cross en est donc le plus petit, mesurant 4,11 mètres de long, soit 12 centimètres de moins que son aîné T-Roc, qui se positionne pour sa part à cheval entre la catégorie des petits SUV (dits A0 SUV) et celle des SUV compacts (C-SUV).

Pour réussir face aux champions français - Captur et 2008 - qui dominent le segment A0 SUV, le T-Cross peut facilement se prévaloir des atouts des derniers arrivés sur la place. À commencer par sa bonne allure d'authentique SUV dans sa dégaine, allongé de 5,4 cm et plus haut de 13,8 par rapport à la citadine Polo dont il dérive techniquement. Et sculpté dans un style assez intemporel, mais bien dans le coup comme VW en a le secret. Bien vu !

Bien sûr, pour peu qu'on y mette le prix, le T-Cross se prête à une personnalisation poussée, extérieure et intérieure. Tel le Pack Design Orange, qui colore planche de bord, console centrale, volant et sellerie. Avec un petit air de déjà vu sur la Polo, dans le cadre d'une présentation assez similaire, bien que planche de bord et autres aménagements ne se décalquent pas exactement.

Mais toute cette poudre aux yeux mise à portée n'occulte en rien les aspects pratiques poussés du T-Cross. Son rapport encombrement/habitabilité favorable permet en effet de disposer d'une banquette arrière 60/40 qui coulisse sur 14 centimètres, comme d'un excellent volume de coffre, de 385 à 455 litres en 5 places, et jusqu'à 1 281 litres en l'affaissant. Et dès la finition intermédiaire Lounge, le dossier du siège avant passager devient rabattable, rendant possible le transport d'un objet long.

Le T-Cross sort également du lot en faisant le plein de technologie dès la version de base, forte de sept aides à la conduite utiles : freinage d'urgence automatique avec détection piéton, alerte d'angle mort, appel d'urgence E-Call, ou encore régulateur de vitesse ACC, rare dans cette catégorie. De la même façon, l'écran central couleur tactile 6,5 pouces de base MP3-Bluetooth se transforme en dalle de verre 8 pouces sur les exécutions supérieures R-Line et Carat, enrichies d'une navigation au « top ». Le conducteur peut aussi bénéficier d'une instrumentation Active Info Display entièrement numérique sur écran 10,25 pouces, avec affichage du tracé à suivre (de série sur Carat, 430 € sur R-Line). Et bien d'autres petits raffinements peuvent s'ajouter en option, de l'aide au stationnement (690 € en Lounge) à la gestion automatique des phares (170 €), en passant par la commande vocale (240 €) ou le chargeur de smartphone à induction (130 €).

Élaboré sur la plate-forme MQB A0 de la dernière Polo, le T-Cross en reprend aussi le 3 cylindres essence 1.0 TSI, proposé en 95 chevaux boîte 5 vitesses et 115 chevaux boîte 6 vitesses, ou auto DSG à 7 rapports (gamme de 19 820 et 27 220 €).

Et au volant de la meilleure définition de ce bloc traction avant, on y retrouve avec plaisir les bonnes sensations de la Polo. Avec une direction douce et précise qui engage le T-Cross sur la trajectoire comme si elle était rivée sur des rails, qu'épaule un train arrière docile. Grâce à la régulation ESP sophistiquée du châssis, c'est net et sans bavure, avec une belle agilité comportementale qui ne nuit jamais à l'équilibre général. Ni trop ferme ni trop souple, l'amortissement met aussi en lumière la bonne maîtrise du roulis.

Valeureusement contenue à 1.195 kilos maxi, la masse véhicule n'entrave guère les gentilles ardeurs du 1.0 TSI, toujours bien à son affaire tant qu'on ne lui demande pas la lune. Un peu moins réactif en DSG7 mais plus plaisant en utilisation quotidienne, ce petit 3 cylindres turbo à injection directe cultive aussi la sobriété, à l'instar de nos 7,5 l./100 obtenus sans application particulière, et rendant donc ce score encore améliorable.

Un 4 cylindres turbo-diesel 1.6 BlueTDI de 95 ch viendra très prochainement élargir la palette des motorisations. Avant l'arrivée, en fin d'année, d'un plus véloce 4 cylindres essence 1.5 TSI 150 ch. Pas d'hybride attendu, mais le T-Cross est déjà à l'abri de tout malus.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer