AccueilActualitéSociétéLe numérique va-t-il sauver le commerce de proximité ?

Le numérique va-t-il sauver le commerce de proximité ?

Le numérique va-t-il sauver le commerce de proximité ?
© Michel Godet - Victor Duprez, directeur marketing et communication des montres DWYT

ActualitéSociété Publié le ,

Pour cette première, l'opération "Connect'ton commerce" a réuni près de 100 commerçants de l'hyper centre pour décrypter ce nouveau mode de négoce pour petits et grands, complémentaire aux commerces physiques et tenter de créer une communauté autour de l'innovation numérique. Si certains commerçants ont déjà mis le doigt dans l'engrenage, d'autres sont encore sur le bord du chemin et regardent passer le train de la virtualité.

Cette démarche basée sur le jeu des témoignages (Chocolats Voisin, chaussures Bexley, Cyclable…) a permis aux présents de comprendre que le digital ne se limite pas à la création d'un site Internet, fusse-t-il avec commande en ligne. Les applications sont nombreuses et diverses : Panneau numérique pour visualiser les différentes options d'un mobilier choisi (Miliboo), commander une boisson en terrasse avec son smartphone depuis la table d'un restaurant (le PoP du Hard Rock), voire la «googelisation» de sa boutique avec Google my business.

Chacun aura compris que ces solutions pour combattre les GAFA sont un complément pour le développement de leur commerce et que le contact humain restera toujours de mise. Pour mémoire, sur 14 000 commerçants encore très peu se sont lancé dans l'aventure du digital, qui permet de « mieux assurer le service aux clients avec proximité ». Une lente révolution est donc en route.

DWYT, connecte ses montres en bois
Créée il y a 19 mois par deux trentenaires bisontins Alexandre Humbert et Damien Mercier et opérationnelle depuis juin 2017, la société DWYT (Do waste your time) conçoit 6 gammes de montres en bois de qualité, les mécanismes venant de Suisse et la découpe des boîtiers par commande numérique d'Asie. Les essences de bois sont issues de divers pays et les bracelets d'Argentine et d'Italie. Depuis sa création la société s'est orientée de suite vers le numérique en mettant en place des outils classiques : Internet avec un configurateur on-line, E-Mail, News-Letters, et en utilisant les réseaux sociaux pour augmenter sa visibilité et son image de marque, mais aussi « réseauter » auprès des influenceurs et monter des partenariats digitaux, publicitaires et caritatifs. Une stratégie qui s'avère payante si l'on en juge par les 8 000 à 10 000 montres (109 à 159€) vendues en un an.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?