Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le musée Guimet reconverti en laboratoire chorégraphique, les Ateliers de la danse

le - - Culture

Le musée Guimet reconverti en laboratoire chorégraphique, les Ateliers de la danse
DR - le musée Guimet

Alors que la pièce de Yoann Bourgeois Histoires naturelles, 24 tentatives d'approches d'un point de suspension au musée Guimet est comme un au revoir au lieu délabré et délicieusement suranné qu'il est devenu en 10 ans d'abandon, voilà que le bâtiment va entamer une nouvelle vie dans un nouvel habit.

Si le projet a pu paraître utopique à certains, l'ancien musée va pourtant bien se transformer en Ateliers de la danse, une annexe à la Maison de la danse entièrement dédiée à la production et à la création.

Grâce à la ténacité de Dominique Hervieu, la directrice de la Maison de la danse, principale porteuse du projet avec Georges Képénékian, l'adjoint à la culture devenu maire de Lyon depuis le départ de Gérard Collomb au ministère de l'intérieur, ce lieu emblématique de la ville, sorte de madeleine de Proust pour beaucoup de Lyonnaises et Lyonnais, va être rouvert.

Évidemment, il ne sera pas accessible comme un musée mais il entrouvrira parfois ses portes pour dévoiler ce qui se trame en son sein. En effet, le lieu a vocation à être « un laboratoire de création et de pratiques artistiques », selon les mots de Dominique Hervieu, et "contribuer au rayonnement culturel de Lyon" selon ceux du maire.

Le directeur régional des affaires culturelles, Michel Prozic, n'y va pas par quatre chemins, qui n'hésite pas dire que Lyon pourra devenir la « capitale internationale de l'art chorégraphique », une ambition qui explique l'engagement de l'État pour un projet qui soutient la création artistique en croisant les arts et en expérimentant, et permet la « prise de risque artistique ».

Dominique Hervieu ne dit pas autre chose, elle qui raconte sa première émotion lorsque elle a pu poser ses valises, à sa nomination au CCN de Créteil (après le départ de Maguy Marin, directrice depuis 1985, pour Rillieux-la-Pape et son nouveau projet de CCN, et dont Mourad Merzouki est le directeur aujourd'hui) et se sentir enfin libre de créer, dans de bonnes conditions.

C'est ainsi que les artistes, chorégraphes mais aussi circassien.nes, vont pouvoir disposer d'un studio de 250 m2, ainsi que du (très) grand espace modulable qui pourra servir de salle de spectacles, pour 500 spectateurs et spectatrices assises et de salle de bal pour 1000 personnes.

Maquette de la grande salle

Les pratiques amateures chères à Dominique Hervieu auront également un studio dédié avec une entrée indépendante.

C'était d'ailleurs le défi majeur des architectes que de faire entrer le rectangle d'une salle de spectacle dans le trapèze de l'édifice. Un défi que les ateliers d'architecture Pierre Hebbelinck et Heleen Hart et Mathieu Berteloot, qui ont l'habitude de mener des projets ensemble, ont relevé avec panache. Sans compter que la ville a souhaité y installer également son service archéologique, actuellement logé sur l'ancien site de l'École des Beaux-Arts.

Une contrainte qu'ont habilement utilisé les architectes, en référence aux fonctions des espaces, installant logiquement le SAVL au sous-sol et au rez de chaussée tandis que les ateliers de la danse se situent au rez-de-chaussée et au premier étage. Une manière de réunir comme le dit joliment Pierre Hebbelinck « les arts de l'immanence, de l'éphémère avec les sciences de la permanence, comme l'histoire et l'archéologie".

G.V.P.

Un budget de fonctionnement à préciser

La réhabilitation complète coûtera 26 M€, dont 15 M€ HT pris en charge par la Ville, « comme prévu dans la délibération » précise Georges Képénékian, 4,5 M€ par l'État et 1,5 M€ par la Région. Le bâtiment devrait être livré fin 2021, avec un an de retard sur le projet initial. Quant au budget de fonctionnement, il est en négociation et les partenaires travaillent à un nouveau modèle économique, un « work in progress constant » explique la directrice de la Maison de la danse et de la Biennale, qui n'a cessé depuis son arrivée d'oeuvrer au développement de la danse au cœur de la cité.




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer