AccueilActualitéLe mot d'actus :Plafonnement

Le mot d'actus :Plafonnement

.
Le mot d'actus :Plafonnement

Actualité Publié le ,

Etonnante concomitance ces derniers jours : les syndicats patronaux déplorent que le plafonnement des indemnités accordées aux salariés licenciés par les conseils de prud’hommes ne soit pas, finalement, prévu dans le projet de loi de réforme du code du travail ; mais ces mêmes syndicats patronaux ne semblent pas prêts à défendre l'idée d'un plafonnement des « salaires » des P.-d.g. des grands groupes industriels, ainsi qu'on a pu en juger en entendant leurs réactions suite à l'importante augmentation octroyée au patron d'un grand groupe automobile français. A l'arrivée, les choses seront équitables : ni les salariés licenciés, ni les P.-d.g. ne verront leurs indemnités ou leurs revenus plafonnés. Y'a de la justice à la Salomon dans tout ça...
Ce ne sont pas les seuls plafonnements qui ont marqué l'actualité récente. Celui limitant à 3 % du P.I.B. le déficit des administrations publiques des états européens a refait parler de lui. Notre pays, qui depuis des années cherche à « revenir dans les clous », avait promis à l'Europe d'être à 3,8 % pour 2015. Michel Sapin, le grand argentier, a pu faire cocorico, en annonçant 3,5 % réalisés. Pas de doute, si cela continue, ils vont juger sur pièces, les Européens, de quel bois se chauffe notre ministre des Finances...
Plafonnement toujours, dans les grandes manœuvres des groupes de téléphonie mobile. Car se profile le rachat de Bouygues par Orange. Avec l'obligation de cession d'une partie des actifs de Bouygues par Orange pour respecter le plafond de parts de marché fixé afin que les règles de la concurrence s'appliquent. Faire et défaire, c'est encore travailler...
Il est cependant un plafond que certains, et surtout certaines, aspirent à voir se fracasser, on en a reparlé début mars avec la journée de la femme, c'est le « plafond de verre » qui entrave les promotions professionnelles féminines dans les entreprises. Accès aux postes de direction majoritairement réservés aux hommes, salaires des femmes inférieurs à celui des hommes... Avec ce « plafond de verre », les femmes ont l'impression de passer devant la glace. A l'inverse de Bonemine, l'épouse d'Abraracourcix, le chef gaulois, les femmes d'aujourd'hui ne craignent plus que le ciel leur tombe sur la tête. Elles en rêveraient même...

D.T.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?