AccueilEditos-BilletsLe mot d'actu : Armes

Le mot d'actu : Armes

.

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Gros boom en Corée du Nord en ce début d'année : une manière bien typique des dirigeants de ce pays pour adresser ses vœux au monde ; car bien qu'utilisant le calendrier Juche (pour le décompte des années avec pour point de départ le 15 avril 1912, date de naissance du grand libérateur Kim Il-sung, et cela depuis 1997), les Coréens du Nord se servent aussi du calendrier grégorien, le nôtre.

Il faut bien reconnaitre que les Coréens du Nord ne font pas exception à l'orée de 2016 : ils avaient été devancés en Israël dès le 1er janvier par le terroriste qui a semé la panique dans le centre de Tel-Aviv, mitraillant les clients d'un bar et faisant 2 morts et 7 blessés. Les exhortations à la paix dans le monde lancées d'un peu partout à l'occasion de la célébration de Noël ont fait long feu, si l'on ose écrire pour parler des armes toujours plus présentes dans l'actualité.

En Afghanistan, ce sont les talibans qui ont repris l'offensive dans la province de Helmand contre l'armée afghane, obligeant l'aviation américaine à intervenir pour desserrer l'étau. Alors que les pourparlers entre gouvernement afghan et insurgés islamistes devaient reprendre, en janvier justement.

Aux Etats-Unis, armes riment depuis peu avec larmes, celle du président Obama qui n'a pu les retenir, ses larmes, en évoquant les fusillades à répétition qui l'incitent à lancer de nouvelles initiatives pour limiter le droit de posséder et de porter une arme à feu. Courageux de vouloir faire passer son pays du XIXe au XXIe siècle, pays qui n'a pas renié tout à fait le principe des pionniers se devant de posséder « la Bible, la pipe et le fusil » ; et d'aller à l'encontre pêle-mêle du deuxième amendement de la Constitution, de la NRA (National Riffle Association), de la majorité du Congrès opposé au contrôle des armes à feu des particuliers, estimées à ... 300 millions !

Nous non plus, nous n'en avons pas fini avec les armes, celles des terroristes qui n'ont pas besoin de soldes pour s'en procurer. Un an après la tuerie à Charlie Hebdo (Charlie, sans Y à la fin...), moins de 2 mois après les attentats du 13 novembre, les commémorations, aussi, entretiennent un lourd climat.

Bref, l'Adieu aux armes, merci Hemingway, n'est pas à l'ordre du jour pour 2016. Un roman dont l'action se déroule, on s'en souvient, durant la Première Guerre mondiale. Ce qui nous fait nous rappeler que lors du premier Noël de cette guerre, on a pu assister dans le nord de la France, à des scènes de fraternisation entre combattants ennemis durant la nuit du 24 au 25 décembre, brève trêve avant que la boucherie ne recommence. Comme on a pu entendre de multiples messages de paix à l'occasion du 25 décembre 2015, avant que ce début d'année ne se remette à l'heure des armes omniprésentes. Penser qu'il aurait pu en être autrement, c'eût été faire preuve d'une naïveté... désarmante.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?