AccueilCultureSpectacle vivantUn Misanthrope énergique et virulent au TNP

Un Misanthrope énergique et virulent au TNP

La jeune metteure en scène Louise Vignaud a un calendrier plutôt chargé en ce début d'année. Avant d'avoir les honneurs de la Comédie Française en mars prochain, au Carrousel du Louvre pour une mise en scène du Phèdre de Sénèque, elle se coltine Le Misanthrope de Molière dans le petit théâtre du TNP. Et quel Misanthrope ! Une version nerveuse et agitée, mais aussi mélancolique et désespérée.
Un Misanthrope énergique et virulent au TNP
Michel Cavalca - Le Misanthrope de Molière, mise en scène de Louise Vignaud

CultureSpectacle vivant Publié le ,

On entre dans ce Misanthrope comme sur un ring de boxe. La configuration n'y est pas tellement différente puisque les spectateurs sont disposés autour d'un carré blanc où se dresse une estrade.

Et les comédiens tournent autour comme les fauves longent les limites de leur cage. Ce dispositif minimal sera le seul écrin de la pièce, celui qui figure le salon de la belle Célimène, évoqué seulement par un lustre descendant des cintres au deuxième acte.

Ici les acteurs sont comme des lions dans l'arène où Alceste, qui veut fuir le monde, affronte tour à tour Oronte, le courtisan amoureux de Célimène, et Célimène elle-même, jeune veuve coquette et éprise de liberté. Louise Vignaud insuffle au jeu des comédiens une énergie qui ne se dément pas au fil de la pièce mais se module en fonction des séquences.

Il faut saluer cette troupe en entier qui donne à entendre vraiment la langue de Molière, ces alexandrins qui roulent en bouche à un rythme franchement vif, tel un vent violent et rafraîchissant. À l'image du jeu de Mickaël Pinelli qui campe un Alceste formidable, « atrabilaire amoureux » (le sous-titre de la pièce dans sa version manuscrite d'origine) et révolté par la société des hommes, arpentant nerveusement l'espace, emporté par sa rage puis soudain calmé, son visage se teintant d'une joie enfantine après qu'il s'est radouci.

Tout comme ses partenaires, toutes et tous engagés dans cette aventure d'un Misanthrope moderne et fidèle à la fois. À découvrir avant la prochaine mise en scène de Louise Vignaud sous nos cieux, l'adaptation du roman de Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, récit d'une expérience comme travailleuse précaire sans diplôme, au Théâtre des Clochards Célestes en avril prochain, dont Louise Vignaud est la directrice depuis janvier 2017 .

G.V.P.

TNP, jusqu'au 15 février, www.tnp-villeurbanne.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?