Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le Misanthrope de Louise Vignaud à la vitalité contagieuse

Publié le - - Spectacle vivant

Le Misanthrope de Louise Vignaud à la vitalité contagieuse
Michel Cavalca - Le Misanthrope, mise en scène de Louise Vignaud

Le théâtre de Villefranche-sur-Saône reprend Le Misanthrope de Louise Vignaud monté la saison dernière au TNP. C'est une très bonne nouvelle de voir tourner cette version nerveuse et désespérée de Louise Vignaud, la directrice du théâtre des Clochards Célestes.

La scène, quadri-frontale, est un espace carré, blanc où s'élève une petite estrade, que les comédiens et comédiennes investissent tour à tour. Ce dispositif minimal sera le seul décor de la pièce, celui qui figure le salon de la belle Célimène, évoqué seulement par un lustre descendant des cintres au deuxième acte. Ici les acteurs sont comme des lions dans l'arène et d'ailleurs ils tournent autour de la scène comme s'ils longeaient leur cage. Pas étonnant, quand on voit comment Louise Vignaud lance ses interprètes à l'assaut de la scène, comme sur un ring de boxe.

Alceste, qui veut fuir le monde, affronte tour à tour Oronte, le courtisan amoureux de Célimène, et Célimène elle-même, jeune veuve coquette et éprise de liberté. Il s'emporte, rougit, hurle et se débat contre ce qu'il pense être l'hypocrisie d'un monde qu'il exècre. Il se bat aussi contre lui-même, lui qui aime Célimène, l'incarnation parfaite de ce qu'il déteste et veut fuir.

Mickaël Pinelli est impressionnant dans un rôle qu'on dirait taillé pour lui, qui vaut à lui seul qu'on aille voir la pièce, même si les autres comédiens et comédiennes ne sont pas en reste et ne déméritent point. Car c'est l'une des grandes qualités de la mise en scène de Louise Vignaud de nous faire entendre chanter les alexandrins de « Monsieur de Molière ».

Toute la troupe excelle à déclamer ces vers qui roulent en bouche tel un vent tempétueux ou une brise légère. Sans compter cette boule d'énergie que chacun et chacune déploie et que le public peut presque physiquement ressentir. Ce Misanthrope est moderne et fidèle à la fois, à l'image des costumes très réussis de Cindy Lombardi, d'époque mais impossibles à dater...

Théâtre de Villefranche-sur-Saône, 27 et 28 mars, www.theatredevillefranche.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer