AccueilCollectivitésLe millénaire des forteresses

Le millénaire des forteresses

Quel est l’héritage antique au début de la période médiévale dans le domaine des fortifications ? On a tendance à regarder ce qui se passe dans les villes qui se rétractent sur les enceintes réduites à la fin de l’Empire romain aux IIIe - IVe siècles.

Collectivités Publié le ,

Quel est l’héritage antique au début de la période médiévale dans le domaine des fortifications ?

On a tendance à regarder ce qui se passe dans les villes qui se rétractent sur les enceintes réduites à la fin de l’Empire romain aux IIIe - IVe siècles. Mais il existe déjà un réseau de fortifications plus ancien, des « castra » habités par des garnisons gardant les frontières, les axes de communication. Anse au nord de Lugdunum (Lyon, ndlr) est le type même d’un castrum contrôlant une voie. Mais il y a aussi un réseau en campagne : petites structures moins importantes sur des zones mal contrôlées. Des sites qui souvent deviennent des agglomérations secondaires. Les villes romaines n’ont pas attendu, elles, les invasions du IIIe siècle ou même les Grandes invasions qui vont suivre (Ve siècle essentiellement, ndlr) pour s’entourer d’enceintes. Cela va presque de pair avec la Cité : Lyon, Vienne en ont. Ces enceintes augustéennes seront remises au goût du jour ensuite lors des troubles de la fin de l’empire.

La mise en place des royaumes barbares au très Haut Moyen Age (du Ve au VIe siècle) amènet- elle une réutilisation de cet héritage ? Est-il détruit ? Y a-t-il des constructions ?

La période n’est pas très bien connue, notamment sur ce sujet. Cela dépend des régions et des sources qui ont été laissées, ce qu’on a - rarement - fouillé. On sait qu’en Italie du Nord par exemple, Goths et Lombards s’affrontent pour le contrôle d’anciennes forteresses mais en créent aussi. Et des destructions ont dû avoir lieu. Plus proches de chez nous, les Burgondes (qui constituent un royaume au Ve siècle englobant les actuels départements de la Loire, Rhône et Isère, ndlr) créent dans leur capitale de Genève une forteresse nouvelle. La période carolingienne (VIIIe - Xe siècle) est un peu mieux connue.

Qu’est-ce qui change avec l’avènement des Carolingiens débouchant sur l’empire de Charlemagne ?

Un pouvoir centralisé fort est de retour. Ce qui donne lieu à des créations de forteresses « publiques », appartenant à ce pouvoir et confiées à ses représentants détenant une charge officielle. Le pouvoir s’en sert pour s’imposer notamment dans le sud-ouest ou dans le sud-est de la France actuelle. Elles sont ex-nihilo (Carlat dans le Puy-de-Dôme sur une table rocheuse est un bel exemple) ou réutilisent d’anciens castra romains, voire même des oppida gaulois ! Pendant ce temps, les villes, si elles ne disparaissent pas, se sont rétractées sur un noyau urbain où se localise le pouvoir des évêques. Vienne et Lyon créent des enceintes réduites adaptées, reprenant les blocs antiques. A Lyon par exemple, on a des traces de cette enceinte réduite vers la cathédrale Saint-Jean, la ville se réduisant alors au pied de la colline de Fourvière. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5103 du samedi 31 mai 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?