AccueilCultureSpectacle vivantLe menteur de Corneille au TNP

Le menteur de Corneille au TNP

Le menteur de Corneille au TNP
Compagnie Théâtre en pierres dorées - Le Menteur

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Brillante comédie de celui qui est passé à la postérité pour ses tragédies, Le Menteur est bâti sur un imbroglio. « Dorante, nouveau venu à Paris, est aux Tuileries en compagnie de Cliton, son valet et son confident. Il s’éprend d’une jeune fille qui se nomme Clarice mais qu’il croit s’appeler Lucrèce. Aussi, quand son père le presse d’épouser une Clarice qu’il croit ne pas connaître, invente-t-il une cascade de mensonges ». S'ensuivront moult quiproquos et menteries, prétextes à des situations comiques les plus étonnantes dans la langue mélodieuse du grand siècle, en alexandrins s'il vous plaît.
C'est bien d'ailleurs ce qui a motivé le jeune metteur en scène et comédien (il joue le rôle principal) Julien Gauthier : ce texte savoureux en alexandrins, qui roule en bouche comme une friandise exquise. D'autant qu'il s'agit d'« une comédie, oui, mais au sens où on l’entend dans «la Comédie Française»: théâtre non-tragique, royaume de l’intrigue, des miroirs, des quiproquos et de la jalousie » explique t il dans sa note d'intention. Une comédie sur le mensonge donc, qui permet au passage une réflexion sur la vérité, les vérités et le prisme par lequel les regarder. Sans doute pour ça qu'il a opté pour un dispositif sobre sans costumes d'époque ni décor volumineux ou seules deux portes et une arche figurent une place. Déjà joué lors des Rencontres de Theizé 2016, petit festival justement créé en 2013 par le collectif du Théâtre en pierres dorées, Le menteur devrait trouver ici sa forme finale et son rythme de croisière. C'est tout le mal qu'on lui souhaite !
Gallia Valette-Pilenko
TNP, 30 mars au 8 avril, www.tnp-villeurbanne.com

Le grand Krystian Lupa arrive sur la scène du TNP avec Place des héros, la dernière pièce du dramaturge autrichien Thomas Bernhard. Habitué de ce grand contempteur de son pays, l’artiste polonais a déjà mis en scène sept spectacles à partir des textes de Bernhard. Ici, comme souvent, il assure non seulement la direction d’acteurs mais également la scénographie, dominée par une grande fenêtre donnant sur la place. Il excelle à mettre en scène les rapports humains complexes où dominent la jalousie et la haine. Créée le 27 mars 2015 au Théâtre national de Lituanie à Vilnius, le jour dédié au théâtre, cette pièce est un ultime règlement de compte à son pays, à ses yeux ramassis de nazis et d’antisémites, au point qu’il a interdit la représentation de ses œuvres dans son pays natal. À ne pas manquer, assurément !
TNP, 6 au 13 avril, www.tnp-villeurbanne.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?