AccueilGastronomie / VinsLe Meilleur Gamay du monde 2019 pour Franck Chavy

Le Meilleur Gamay du monde 2019 pour Franck Chavy

« Mon grand-père et mon père étaient vignerons, mais ce domaine à Régnié-Durette, je l'ai acquis en 1995, à l'âge de 25 ans », explique l'atypique Franck Chavy.
Le Meilleur Gamay du monde 2019 pour Franck Chavy
© Michel Godet 2019 - « Le vin, c'est un moment d'échanges que tu partages, et c'est l'émotion que cela procure "

Art de vivreGastronomie / Vins Publié le ,

De 2,5 hectares de régnié au départ, le domaine viticole de Franck Chavy avoisine aujourd'hui les 10 hectares, essentiellement en gamay, un cépage qu'il affectionne particulièrement - " on peut faire des choses géniales avec ! ", le reste en chardonnay et viognier. Le grand jury du Concours international du gamay, organisé par Armonia, a classé son Morgon 2017 " Meilleur Gamay du monde 2019 ". « Il s'agit bien du concours non pas du meilleur beaujolais, mais du meilleur gamay, mettant en valeur ce que l'on attend de ce cépage », précise l'intéressé.

Matière, volume en bouche, gras et rondeur dus à un élevage en fût de chêne de l'Allier amenant une micro-oxygénation qui arrondit les tanins : voilà ce qui caractérise cette cuvée. " Le bois comme la levure étant simplement des outils au service du vin, et non le contraire. L'outil ne doit pas dénaturer le produit », affirme Franck Chavy. Son domaine repose majoritairement sur de vieilles vignes, « un véritable trésor », avec une production vendue à 80 % en direct (cave, salons…) ; l'export étant valorisé uniquement par de petits importateurs (Angleterre, Suisse, Allemagne, Belgique, USA…) sur des marchés de niche, avec des produits de qualité très pointus à la belle valeur ajoutée.

Pour le vigneron durégnaton, en matière de conduite de la vigne, « rien n'est tout blanc et rien n'est tout noir ». D'où la nécessité de faire un compromis entre culture traditionnelle et bio, en prenant le meilleur de chacune. Pour la vinification, Franck Chavy ne reste pas les deux pieds dans le même sabot : il l'adapte à chaque situation, soit en sans soufre, soit en longue macération… « Le vin étant une partie de soi-même, il n'y a pas d'intérêt à faire toujours la même chose. Il doit refléter le caractère du vigneron ! ». Et de conclure, devant son mur orné de nombreuses médailles d'or : « Le vin, c'est un moment d'échanges que tu partages, et c'est l'émotion que cela procure. Je suis vigneron dans l'âme, pas négociant ".

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?