AccueilGastronomie / VinsLe marché d'Ampuis, baromètre de la côte-rotie

Le marché d'Ampuis, baromètre de la côte-rotie

Le marché d'Ampuis, baromètre de la côte-rotie
© : DR - Cette année, il faudra débourser entre 30 et 50 EUR pour une bonne côte-rotie

Art de vivreGastronomie / Vins Publié le ,

Créé en 1928 par les vignerons de la côte-rôtie, le marché aux vins d’Ampuis réunit une soixantaine de producteurs et négociants des sept appellations des côtes-du-rhône septentrionales : côte-rôtie, condrieu, hermitage, croze-hermitage, cornas, saint-joseph et saint-peray. Négoces et propriété se retrouve lors d’une manifestation où la côte-rôtie se taille la part du lion. L’appellation-reine est un peu chez elle dans cette bourgade ligérienne qui attend près de 15 000 visiteurs pour cette 88e édition qui se déroule du 22 au 25 janvier. Ces particuliers, cavistes et restaurateurs viennent pour acheter du vin. Les organisateurs estiment que chaque stand vend en moyenne 1 500 bouteilles.
Les amateurs de côte-rôtie dégusteront le millésime 2013, petit en volume mais grand en qualité. « Ce millésime concentré offre un beau potentiel de garde », avoue Pierre-Jean Villa, l’un des organisateurs de ce rendez-vous co-présidé cette année par Michael Gerin et Christophe Semaska. Ampuis c’est d’abord, et avant tout, le baromètre des côtes-rôties
« Le millésime 2013 s’inscrit dans la continuité de ces prédécesseurs depuis 2009, détaille Pierre-Henri Villa. Ancré dans le terroir, avec du caractère, ces rouges structurés sont élégants. Du velours pour certains. Ces atouts expliquent que la côte-rôtie ait le vent en poupe ». Autrement dit, fini les vins body-buildés. Les nouvelles générations veulent des vins accessibles, sans avoir à patienter un vieillissement plus ou moins prolongé. « Vous pourrez boire le 2013 dans les 6 à 12 mois, insiste le vigneron ». Il faut dire que ce millésime tardif a pris son temps pour arriver à maturité. « Il s’agit clairement d’un grand classique. Il ne décevra pas les aficionacos ».
Cette année, les prix continuent de grimper. Il faudra débourser entre 30 et 50 € pour un flacon (25 à 40 € pour un condrieu). A moins, on prend des risques. A plus (80 à 100 € pour certaines cuvées), on tape dans le haut de gamme. « Pour l’instant, le prix n’est pas un frein. La Bourgogne a tellement progressé, que les côtes du rhône septentrionaux se retoruvent à des niveaux acceptables, souligne Pierre-Jean Villa. Mais le prix deviendra l’un des enjeux de demain. A un moment, il faudra bien se calmer ».


Antonio Mafra

Marché aux vins d’Ampuis, du 22 au 25 janvier de 9 h à 19 h.
Droit d’entrée : 8€ et un verre à dégustation sérigraphié
www.marche-aux-vins-ampuis-cote-rotie.com


encadré

Nouveauté cette année, deux chefs étoilés de la région -Patrick Henriroux de la Pyramide et Philippe Girardon de Clairefontaine – inaugurent cette 88ème édition du Marché aux vins autour d’un dîner de prestige Château d’Ampuis le jeudi 21 janvier. Les bénéfices de ce dîner seront reversés à la Fondation Maladies Rares du Docteur Nicolas Lévy. Une manière de soigner l’image d’un marché aux vins victime de son succès.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?