Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Blockchain / Le maillon fort du digital

le - - Economie

Blockchain / Le maillon fort du digital

Evalué à 2 000 Md€ en 2021 (Etude de la Royal Bank of Canada, 2018), le potentiel du marché mondial de la blockchain a de quoi donner le tournis, d'autant que cette nouvelle manière d'envisager la gestion des flux et le stockage des données, à travers une chaîne de blocs présentés comme infalsifiables, reste encore mal appréhendée par les entreprises. Véritable phénomène économique et sociétal disruptif et encore alternatif, la blockchain se définit comme une base de données qui contient l'historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Une base de données, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. A l'origine de cette révolution digitale, les cryptomonnaies restent le symbole de cette superpuissance en devenir. Leur valorisation était ainsi évaluée à 515 Md€ en 2018. Il ne s'agit là que d'une partie émergée, puisqu'en coulisse se joue la transformation numérique des entreprises et leurs usages associés avec un objectif de fluidification des process, de réduction de coûts et de sécurisation des données. L'enjeu touche également la sphère publique qui se retrouve acteur de cette (encore) vaste nébuleuse digitale qui ne demande qu'à être embrassée. Si la loi Pacte prévoit déjà l'encadrement des Initial Coin Offerings (ICO), soit des levées de fonds utilisant la technologie blockchain dont certaines start-up ont pu déjà retirer des milliards pour se financer, le chemin reste encore long pour réglementer l'ensemble de la chaîne.

« UNE HUBERISATION DE L'ÉCHANGE D'INFORMATIONS »

La commission « Innovation » du barreau de Lyon travaille sur les questions de blockchain à la fois pour anticiper les futurs cadres légaux qui vont entourer cette rupture technologique mais également transformer la profession d'avocat et plus globalement les professions juridiques.

« Si Internet a singulièrement modifié notre fonctionnement, la blockchain est une nouvelle manière d'envisager la digitalisation de notre société et ce manière encore plus disruptive », explique Alexandre Geoffray (Cabinet Chazelle à Lyon) et membre de la commission « Innovation » au Barreau de Lyon.

Ce dernier ciblant deux enjeux importants de cette transformation : la gestion prédictive et l'intelligence artificielle, « qui vont d'abord impacter nos métiers du droit : un justiciable pourra pourquoi pas nous challenger sur ses chances de gagner un procès, sur la base d'un système de notations des cabinets. Evoquant également une désintermédiation, pouvant affecter les métiers d'auxiliaire ou d'experts de justice, Me Geoffray évoque les impacts sur « l'industrie juridique », c'est à dire d'acteurs nouveaux non issus des métiers juridiques classiques, qui pourront s'emparer de ces technologies et dont les effets sont aujourd'hui concret avec l'essor des legaltech.

Selon l'avocat, les applications concrètes de blockchain agissent sur le transfert d'actifs (problématique de blanchiment, d'imposition), la fonction de registre (enregistrement de tous les échanges effectués entre les utilisateurs d'une blockchain jugée infalsifiable : dépôts de brevets ou cadastres par exemple) et les smart contract (automatisation algorithmique de contrats pré-établis).

Cryptomonnaie : « Passer du roman au gothique »

A l'occasion d'une conférence à l'Inseec de Lyon le 15 janvier à Lyon, François-Xavier Thoorens fondateur d'ARK une cryptomonnaie (valorisée à 382 millions d'euros au 31 janvier 2018), a souhaité démocratiser l'écosystème de monnaie virtuelle et de la blockchain.

La monnaie virtuelle a le vent en poupe, à l'image du bitcoin la plus connue dans le monde. « Il s'agit d'une technologie immature à l'image de l'intelligence artificielle » prévient François-Xavier Thoorens dirigeant de la société ARK et fondateur de la cryptomonnaie éponyme. L'expert souligne des opportunités de trading presque illimitées, mais prône une démarche « éthique et de transparence » d'un phénomène nouveau. La forte volatilité liée aux monnaies virtuelles impliquerait alors une certaine prudence en matière d'investissement.

« On peut acheter de la cryptomonnaie pour trader à l'image de la Bourse, c'est à dire acheter bas pour vendre haut. On peut également l'envisager comme un moyen de paiement ou comme un stockage de valeur » explique l'expert, témoignant d'un véritable changement de paradigme dont il faut trouver un point d'achoppement. « C'est comme passer du roman au gothique, il faut créer la croisée d'ogive ». Sans cour légal dans aucun pays, ces monnaies alternatives teintées d'un certain militantisme, ne peuvent aux yeux de la Banquede France « ni être conservées ou transférées dans le but d'acquérir un bien ou un service, mais ne représente pas de créance sur l'émetteur ».

« Ce qui n'est pas sûr, ce n'est pas la blockchain, c'est la qualité des émetteurs et la qualité des plateformes : c'est sur ces deux points-là que le texte essaye de faire des avancées » selon Jean-Noël Barrot, l'un des rapporteurs du projet de Loi Pacte dont l'article 26 voté par les députés en octobre 2018 et qui offre dorénavant un cadre juridique pour les émissions des initial coin offering (ICO).

« Sécuriser le voyage de la donnée »

Orange a opéré une démarche de blockchain proposant ainsi une nouvelle approche du digital, au service de ses équipes et de ses clients. En Auvergne-Rhône-Alpes les défis sont nombreux pour l'opérateur historique.

La donnée est au coeur du modèle économique d'Orange. Celle-ci s'inscrit le long d'une chaîne de métiers que le groupe propose et qui débute du conseil (transformation digitale des entreprises), pour ensuite être collectée (Internet des objets), transportée (fibre, 4 ou 5 G), hébergée (cloud), sécurisée (cyber défense), analysée (data intelligence) pour enfin être intégrée dans le fonctionnement de l'entreprise. « Pour assurer cette sécurité à tous les niveaux, nous avons noué des partenariats stratégiques, avec notamment Cisco, Huawei ou encore Microsoft. Pour les entreprises, cette stratégie de blockchain doit faire croître leur business et leur faire réaliser des économies » explique Bruno Helfre, directeur du marché entreprise chez Orange en Auvergne-Rhône-Alpes. Pour l'opérateur, l'enjeu se situe également en interne dans une logique de fluidification des process et du fonctionnement des équipe afin d'apporter une expérience client optimale.

Les applications sont concrètes : gestion des places de places de parking pour informer en temps réel le client de leur disponibilité selon les sites de stationnement, management de l'achat de places pour un match de football et personnaliser les offres de services associées, programmer un service de maintenance d'un parc de grues à l'échelon mondial pour optimiser leur utilisation…

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'IRT SystemX accélérateur de projets blockchain à Lyon

L'Institut de recherche technologique SystemX, basé à Paris et Singapour, a ouvert une antenne à Lyon en 2016. Son objectif est de « s'investir dans le développement de la technologie blockchain aux côtés de partenaires industriels et académiques en développant un socle de compétences unique dans ce domaine », indique Lionel

Scremin, directeur de l'antenne de l'IRT à Lyon. « L'accélérateur de la transformation numérique » compte huit permanents à Lyon.

Suite à accord signé avec la Métropole de Lyon en avril 2018, deux projets sont en cours de développement sur le territoire : Lyon covoiturage expérimentation (LCE) et Blockchain wallet for mobility (BWM). « Ce partenariat vise à proposer des sujets, mobiliser les partenaires adéquats, les cofinancer et les coréaliser. Ces expérimentations s'inscrivent dans le cadre d'une recherche collaborative pour trouver la bonne définition, la bonne implémentation en passant à l'échelle et ainsi détecter le potentiel de nouveaux usages possibles lors d'un projet donné. »

LCE : une plateforme de covoiturage portée par la technologie blockchain

BWM : Un pass urbain au service de la mobilité des usagers

Dans la lignée de Traboule, le pass urbain expérimenté par la Métropole de Lyon, le projet Blockchain wallet for mobilty, d'une durée de 2 ans, vise à « exploiter la technologie blockchain pour améliorer l'expérience utilisateur dans un écosystème multi-services de mobilité ».

SystemX et la Métropole de Lyon s'associent dans le cadre de leur partenariat signé en avril 2018 pour mettre au point, dans des conditions réelles, des offres combinées, pérennes ou ponctuelles, sur les thèmes de la mobilité, de la culture, du sport, des loisirs, de la vie quotidienne… « Il s'agit de créer un city pass qui donne accès à différents services présents sur le territoire, expose Lionel Scremin. La complexité revient à gérer des informations issues de différents opérateurs, mais aussi à travailler sur la gouvernance d'un tel projet et les modèles économiques associés. » Le projet BWM tend vers les notions de MaaS (Mobility-as-a-Service) pour imaginer des « services porte à porte, individualisés, intégrant des moyens de transport et un moyen de paiement unifié ».

Pour l'IRT SystemX, « la blockchain, en tant que technologie de partage d'informations, sécurisée et sans intermédiaire, semble être un moyen pertinent de répondre à ce besoin ». BWM mobilisera huit ETP sur deux ans issus des partenaires industriels (Alstom, Mappy) et académiques (Inria, Telecom ParisTech…).




Tout Lyon Affiches LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer