AccueilCultureSpectacle vivantLe Groenland enfiévré de Tiphaine Rabaud Fournier

Le Groenland enfiévré de Tiphaine Rabaud Fournier

Deuxième mise en scène de Baptiste Guiton au TNP cette saison, en tant que membre du cercle de formation et de transmission du TNP constitué par Christian Schiaretti, Le Groenland est une recréation à découvrir dare-dare, notamment pour la performance de la comédienne.
Le Groenland, mise en scène de Baptiste Guiton
Michel Cavalca - Le Groenland, mise en scène de Baptiste Guiton

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Texte monté il y a presque 10 ans par Baptiste Guiton, Le Groenland est un genre de monologue écrit par Pauline Sales, auteure, metteure en scène et co-directrice du Préau-CDN de Normandie, qu'il avait déjà mise en scène en 2009 à la Comédie de Saint-Étienne. Ici c'est encore avec Tiphaine Rabaud Fournier que le metteur en scène remet le couvert d'un texte rétif et percutant, qui dit crûment ce que cette femme a dû penser tout bas.

C'est par un halètement que s'ouvre le spectacle, puis quelques notes d'un piano qui surgit, poussé par une femme essoufflée. Un monologue s'engage, ou plutôt un dialogue imaginaire avec une petite fille, la sienne, qu'on peut imaginer être là, ou simplement être fantasmée, dont on va même finir par douter de l'existence.

Les phrases rebondissent, les mots s'entrechoquent et se répètent, listes qui deviennent litanie, roulant dans la bouche de la comédienne avec âpreté et parfois même violence. Maîtrisant parfaitement sa partition, Tiphaine Rabaud Fournier sait doser ses émotions, laissant affleurer tour à tour la colère sourde d'une mère, la tristesse de l'épouse délaissée, ou celle de la femme « cinglée » qui décide de partir « pour le Groenland », donnant à entendre une expérience de femme, sans plainte ni pathos mais non sans ironie et auto-dérision.

Le piano l'accompagne, tournoyant quand l'envie lui prend de le pousser, ou laissant s'échapper quelques notes de Bela Bartok, sortes de contrepoints réconfortants dans un récit plombé par le désenchantement et la désespérance d'une femme comme les autres. Une femme incarnée magnifiquement par Tiphaine Rabaud Fournier qui enrichit son personnage de tout ce qu'elle a traversé depuis 10 ans !

Gallia Valette-Pilenko

TNP, jusqu'au 14 avril, www.tnp-villeurbanne.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?