AccueilCultureSpectacle vivantLe cirque Plume s'envole avec les Nuits de Fourvière

Le cirque Plume s'envole avec les Nuits de Fourvière

« Moi ? Ca fait trois fois que je les vois ! » dit une dame dans la fille d'attente sous chapiteau. « Moi ça doit faire cinq fois ! » dit un monsieur pas loin de là, essayant de se remémorer les lieux, et les localités où le cirque Plume s'est posé, et où ce monsieur était là aussi ! C'est une histoire d'amour avec le public qui dure depuis trente ans, et qui va s'estomper en douceur.
Le cirque Plume s'envole avec les Nuits de Fourvière

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Les frères Pierre et Bernard Kudlak, fondateurs du cirque Plume vont tirer leur révérence en 2020, lorsqu’ils auront autour des 65 ans, pour ne pas faire des spectacles « fatigués » ont-ils dit.

En attendant, ils déroulent leur dernière tournée internationale avec le nouveau spectacle, intitulé sobrement La Dernière saison . C’est une explosion quotidienne de joie, de poésie, d’émerveillement, d’humour, dans le parc de Parilly dans le cadre des Nuits de Fourvière (jusqu’au 5 août).

Debout, lançant des bravos et des mercis ! Le public n’a pas attendu le premier salut que la salle était en standing ovation lors de la première le 29 juin. Clowns, acrobates, musiciens, acteurs de théâtre…Chaque artiste semble savoir tout faire.

Les pionniers du cirque « sans sciure », sans animaux, sans strass ni paillettes, ont diffusé une nouvelle idée de cet art « non circulaire », sur une scène de type théâtral.

Ayant débuté à Besançon, ils ont montré un peu partout une conception différente, d’un art complet, avec des artistes dotés de la parole, du chant, de la musique…

Au point où le spectateur est parfois partagé entre regarder une véritable formation de jazz et les numéros eux-mêmes.

Impressionnant et émouvant lorsque la scène devient une mer en furie, charriant des nuées de sacs plastiques. Les mêmes qui, par milliards, étouffent notre planète et nous avec.

Par petites touches, le spectacle brosse notre portrait d’humains, avec des personnages portant peaux de bêtes et masques d’animaux, et par une allusion très drôle à l’évolution darwinienne.

Il vaut mieux parler de scènes que de numéros pour le Cirque Plume, chacune d’entre elles est travaillée jusqu’à l’émotion et la poésie, et à chaque fois désarmorcée par une pirouette d’humour qui rend le tout d’une légèreté incroyable, celle d’une plume ?

Il est encore temps de découvrir le Cirque Plume, et de dire : "J'y étais!"

Eric Séveyrat

www.nuitsdefourvière.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

Journal du 03 septembre 2022

Journal du03 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?