AccueilCultureSpectacle vivantLe chant du corps d'Emmanuelle Laborit

Le chant du corps d'Emmanuelle Laborit

Le théâtre de la Croix-Rousse propose un tour de chant pas comme les autres. Celui d'Emmanuelle Laborit dans Dévaste-moi. À découvrir d'urgence.
Le chant du corps d'Emmanuelle Laborit
Jean-Louis Fernandez - Emmanuelle Laborit dans Dévaste-moi

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Tout le monde se souvient de la formidable prestation d'Emmanuelle Laborit dans la pièce de théâtre Les enfants du silence, qui lui valut un Molière de la révélation théâtrale féminine en 1993. En fait, Emmanuelle Laborit arpente les planches depuis l'âge de 9 ans, mais ici pour une fois, il ne s'agit pas vraiment de théâtre.

C'est, si l'on peut dire, un tour de chant, ou plutôt un tour de "chansigne". En effet, Emmanuelle Laborit est sourde de naissance et n'entend pas la musique, tout comme elle ne parle pas avec sa bouche. Elle communique en langue des signes, un langage qui engage tout le corps et que Emmanuelle Laborit interprète « du bout des cheveux jusqu'au bout des doigt de pieds » si l'on en croit Johanny Bert, le metteur en scène qui l'accompagne dans ce projet créé à l'automne 2017 à la Comédie de Clermont-Ferrand, où il est artiste associé.

À l'origine, une rencontre entre la comédienne et directrice de l'IVT (international visual theatre) et le metteur en scène marionnettiste installé à Clermont-Ferrand à la fin d'une représentation de Krafff à Ivry. Leur façon de communiquer l'a conquis, lui donnant envie de travailler avec elle. « L'idée d'un cabaret en langue des signes est venue d'elle » explique celui qui s'intéresse depuis longtemps au langage corporel et collabore régulièrement avec le chorégraphe Yann Raballand pour ses projets.

Yann Raballand est cette fois encore de la partie, essayant de chorégraphier certaines « lettres » de la langue des signes. Accompagnée sur scène par cinq « boys » du Delano Orchestra, elle signe toutes les chansons, passant allègrement de Carmen à Back to black, de Bashung et Donna Summer, dans un langage à nul autre pareil.

« Nous suivrons une comédienne qui nous transporte à travers sa langue dans son univers visuel et musical. Un parcours auditif, visuel comme une radiographie de nos corps à travers une voix » explique Bert dans sa note d'intention. On ne saurait mieux dire !

Théâtre de la Croix-Rousse, 6 au 9 novembre, www.croix-rousse.com

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?