AccueilSantéLe carnet de vaccination entre dans l'ère de la dématérialisation

Le carnet de vaccination entre dans l'ère de la dématérialisation

Porté par les professionnels libéraux de la région Rhône-Alpes Auvergne, le projet de carnet de vaccination électronique est testé sur le territoire de l'agglomération lyonnaise jusqu'au printemps 2017.

Art de vivreSanté Publié le ,

La multiplication des applications de e-santé et des objets connectés dédiés à l’univers de la santé pourrait bientôt envoyer aux oubliettes le traditionnel carnet de vaccination. Dans le cadre du programme « Territoire de soins numérique », qui a été doté de 80 M€ pour favoriser la modernisation du système de soins dans l’Hexagone, les médecins libéraux de la région Rhône-Alpes ont en effet initié un projet baptisé Carnet de vaccination électronique (CVE). Présenté il y a deux semaines au Congrès de la médecine générale, ce CVE est entré en phase de test sur une zone de 230 000 habitants couvrant les 3e et 8e arrondissement de Lyon, ainsi que l’est de l’agglomération jusqu’à Bourgoin. « Ce territoire a été choisi en raison de sa mixité, à la fois urbaine et rurale », explique le docteur Jean Stagnara, membre de l’URPS Médecins Auvergne Rhône-Alpes.
La phase de test s’étalera sur un an. Dans un premier temps, le prototype de CVE sera expérimenté jusqu’au mois d’octobre 2016 par 5 pédiatres, 5 généralistes, 2 sages-femmes et 2 infirmiers. L’opération sera ensuite élargie à 200 professionnels de santé installés dans la zone test pour une nouvelle période de 6 mois qui prendra fin en mars 2017. « Nous dresserons alors un premier bilan, qui permettra d’envisager éventuellement un déploiement de notre CVE sur tout le territoire national », ajoute-t-il.
Secrétaire général de l’URPS Médecins Auvergne Rhône-Alpes, le docteur Vincent Rebellé-Borgella fait partie du petit groupe de généralistes qui portent cette opération. Il estime que les professionnels de santé libéraux auront un rôle essentiel à jouer pour faire passer le message, auprès des patients, de l’intérêt d’une telle innovation. « Le CVE permet une traçabilité exhaustive du parcours vaccinal de chacun, quelle que soit la région où il est amené à se déplacer. C’est également un outil sécurisant, car ainsi nous réglons le problème des carnets de vaccination perdus au fil des années », conclut-il.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?