AccueilEconomieHomme ou femme de la semaineLe bon diagnostic de Marc Jeune

Le bon diagnostic de Marc Jeune

Dix-huit mois après le lancement du "Diag1h15", le fondateur de Tech'Innove veut franchiser son outil de diagnostic simple, rapide et efficace pour les dirigeants de PME.
Le bon diagnostic de Marc Jeune
© : DR - Marc Jeune, à gauche, et son fils Cyprien.

EconomieHomme ou femme de la semaine Publié le ,

En franchissant la barre symbolique des 200 « Diag1h15 », Marc Jeune ouvre de nouvelles perspectives à cet outil de diagnostic, élaboré à partir de la méthode Efficas. « L’an prochain, nous espérons doubler la mise, note le fondateur de Tech’Innove. Grâce au Crédit Agricole Centre Est , partenaire privilégié à l’origine de quelque 60 % des dossiers, la société lyonnaise de conseil aux entreprises, bénéficie d’un allié de poids pour franchir une nouvelle étape, celle de la franchise.


« Nous sommes convaincus que notre développement passe par une couverture nationale, insiste Marc Jeune. D’autant que les problèmes rencontrés par les entreprises régionales ne sont pas propres à Rhône-Alpes ». Il négocie actuellement sur trois fronts, Bordeaux, Lille et la région alsacienne. « Nous visons une vingtaine de franchisés répartis sur l’ensemble de la France ».


Le dirigeant de Tech’Innove, qui emploie 17 personnes pour un chiffre d’affaires de quelque 1 M€, ne manque pas d’atouts pour séduire les candidats à la franchise, « des sociétés de conseil qui adhèrent à notre culture ». Et en premier lieu, les résultats. « 94 % des Dirigeants qui en ont bénéficié s’estiment même très ou extrêmement satisfaits ». 60 dossiers bouclés en 2015, 140 en 2016, couvrent l’ensemble des secteurs économiques. « 35 % de nos clients rencontrent des difficultés dans leur entreprise. 30 % sont stables, 25 à 30 % continuent de croître et voudraient conserver leur avance, précise Marc Jeune. Notre solution s’adresse à toute entreprise de plus de 10 salariés et 700 000€ de chiffre d’affaires ».


Avec un tel bilan, Tech’Innove dispose d’informations dont les responsables économiques et politiques devraient tenir compte. « Problème n°1, que l’on retrouve dans presque tous les dossiers, la fonction commerciale constitue le talon d’Achille des PME françaises. Il existe aides multiples, au financement, à l’innovation, à l’export... mais pas de véritable accompagnement commercial. On sait faire, pas vendre. A ce problème très français, s’ajoute un déficit d’audace ». Ce qui ne semble pas être le cas de Marc Jeune.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?