Le billet

Psychologie fraudienne

Economie Publié le ,

La peur du gendarme et l’efficacité des méthodes d’investigation ont enrichi l’Etat en 2015. Etrangement, alors que la fraude fiscale (évasion fiscale, escroquerie à la TVA, sous estimation de biens...) représente près de 27 Md€, les médias et les imprécateurs politiques préfèrent dénoncer la fraude sociale (arrêts maladie de complaisance, travail non déclaré, tricherie au RSA, fausses identités pour percevoir des prestations...) qui ne représente que 1 Md€. Ce paradoxe renvoie à la fameuse loi de proximité. Tout le monde connaît plus ou moins la nature de la fraude sociale et ses mécanismes. Mais seuls les grands comptes (personne morale ou particuliers) et leurs experts maîtrisent les failles du système pour mieux le détourner. Et, pour paraphraser La Fontaine, il est plus facile de taper sur les faibles que sur les forts. A la lumière de ces chiffres, le parquet, qui vient de requérir 3 ans de prison ferme pour Jérôme Cahuzac, devrait se montrer plus clément. Le scandale, provoqué en 2013 par la découverte du compte suisse de l’ex-ministre du Budget avait provoqué un électrochoc et abouti à la mise en place d’un arsenal juridique de lutte contre la fraude fiscale ? C’est un peu grâce à lui que l’Etat a récupéré quelque 28 Md€ en 2015 ...

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?