le billet

Peur au ventre

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

La victoire du « leave » au Brexit est d’abord une défaite pour les économistes. Leurs arguments rationnels se sont heurtés au mur des peurs et des mensonges. Peurs alimentées par les médias à sensation qui ont trouvé une bonne occasion de vendre du papier ; mensonges (avoués au lendemain du vote) de certains responsables politiques qui se sont servis de ce referendum à des fins de calculs électoraux. 73 % des 18-24 ans et 62 % des 25-34 ans ont voté pour le « remain », 57 % des 55-64 ans et 60 % des 65 ans pour le « leave ». Or ce sont les jeunes qui travaillent, qui paient les retraites, qui préparent l’avenir. Les plus modestes ont choisi le repli, comme les ouvriers à l’époque de l’adhésion de la Grande-Bretagne, les plus aisés l’ouverture. Les villes à forte densité de population immigrée ont voté contre, les zones rurales pour. Bruxelles est devenu un bouc émissaire d’une partie de la société, la plus âgée et la plus fragile, qui se sent sacrifiée par une mondialisation irréversible. On n’a jamais gagné une bataille la peur au ventre.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?