AccueilEconomieImmobilier-TP-BâtimentLe BePOS à la portée de tous

Le BePOS à la portée de tous

À Civrieux-d'Azergues, Natilia a élevé les murs de sa toute première maison ossature bois à énergie positive.
Le BePOS à la portée de tous
Photo : Natilia - Les murs de cette maison ont une excellente performance thermique

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Au cœur du lotissement du Clos des Îles, quelques ouvriers s’activent auprès d’une grue lestée d’un volumineux panneau de bois. Le pan s’abaisse lentement avant de s’imbriquer astucieusement aux côtés de son voisin, déjà positionné sur la dalle de béton. En une heure, cinq sections de murs ont déjà été érigées. En deux jours, l’ensemble de la structure d’un étage sera sur pied.
À Civrieux-d’Azergues, cette construction de 150 m2 marque une étape supplémentaire vers l’habitat de demain. Elle est la première du réseau Natilia à être entièrement labellisée à énergie positive. Pour son directeur technique, Sébastien Carillo, il s’agit avant tout d’anticiper l’avenir : « Les critères retenus pour la RT 2020 sont ceux du BePOS (bâtiment à énergie positive), c’est à dire produire plus d’énergie que l’on n’en consomme. Nous souhaitons donc montrer que nous avons un retour sur expérience : cela fait six ans que l’on fait des chantiers, en étant toujours au minimum 20 % au dessus de la réglementation en vigueur. »
Au final, la maison coûtera 262 800 € à ses propriétaires. Si l’investissement de départ est plus cher, le responsable affirme que le particulier s’y retrouve : « Il faut compter seulement 20 000 € de plus pour accéder à l’énergie positive. Notre avantage, c’est qu’on ne touche pas au bâti standard puisque nos murs bénéficient déjà d’une double isolation thermique. A long terme, le produit est mieux rentabilisé. »
En attendant l’inauguration de cette maison, prévue fin juin, Natilia conduira plusieurs projets similaires à Annecy. Depuis sa création en 2009, la marque est devenue le premier réseau français de constructeurs de maisons en bois. L’année dernière, elle a franchi la barre symbolique des 1 000 maisons réalisées à destination des particuliers : « Beaucoup d’artisans font de l’ossature bois sur une dalle en béton. Nous, nous avons fait le choix d’industrialiser ce concept, » explique Sébastien Carillo. L’usine POBI, à La Charité-sur-Loire (Nièvre), est aujourd’hui capable de produire jusqu’à dix maisons par jour. Soit un mur toutes les 9 minutes.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?