AccueilSpectacle vivantLe Ballet de l'Opéra de Lyon joue aux dames

Le Ballet de l'Opéra de Lyon joue aux dames

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Gala, la « danse sans qualité » de Jérôme Bel

Il n'est pas besoin de présenter Jérôme Bel, l'empêcheur de tourner en rond de la danse contemporaine. Depuis ses débuts de chorégraphe, il interroge les codes de la représentation et tente de déplacer les points de vue. Tout le monde se souvient de son étonnant The show must go on, resté au répertoire du ballet jusqu'en 2014, qui mettait en scène des amateurs (puis les danseurs professionnels du Ballet de l'Opéra de Lyon) équipés d'écouteurs et s'éclatant à écouter des tubes.
Gala, son avant-dernière pièce, ne fait pas exception, qui mêle participants professionnels et amateurs (au sens étymologique de pratique amoureuse de l'art) dans un gala. Ce « gala », parent pauvre du spectacle pro, qui habituellement est cantonné aux proches et amis des élèves amateurs, devient ici la matière même du spectacle. 20 personnes ont été recrutées pour l'occasion, comme dans chaque ville où le spectacle a lieu.
Dans un tout autre registre, pas si éloigné finalement, Cédric Andrieux, pièce ancienne (2009) brosse le portrait du danseur éponyme que les Lyonnais connaissent comme ancien interprète du Ballet de l'Opéra de Lyon. S'inscrivant dans une série commencée avec Véronique Doisneau (danseuse dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris), cette pièce permet de croiser les esthétiques que Cédric Andrieux a traversées au cours de sa carrière, tout en mesurant « le degré d’aliénation ou d’émancipation produit par ces différentes esthétiques. »

G. V.-P.

Maison de la danse, 15 et 16, 18 novembre
www.maisondeladanse.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?