Fermer la publicité
Toute l'info éco, juridique, collectivités... à Lyon et dans la région / Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département

LDLC, IT Partner : ces entreprises lyonnaises qui misent sur la semaine de quatre jours

Publié le - - Services

LDLC, IT Partner : ces entreprises lyonnaises qui misent sur la semaine de quatre jours
© Pxhere - La semaine de quatre jours est une réalité dans deux entreprises lyonnaises début 2021 : LDLC Group et IT Partner.

Réduire le temps de travail des salariés pour viser une meilleure productivité, c'est le pari de deux entreprises lyonnaises. IT Partner, implanté à Lyon 9, est passé à la semaine de 32 heures début janvier pour ses 56 salariés. LDLC Goup, installé à Limonest, le 25 janvier pour 800 de ses 1 000 collaborateurs. Objectifs communs : le bien-être au travail et la qualité du temps passé en entreprise.

IT Partner et LDLC Group, deux entreprises lyonnaises qui ont en commun de démarrer l'année 2021 en mettant en place la semaine de quatre jours pour leurs salariés. L'idée a mûri dans les esprits respectifs d'Abdenour Ainseba, dirigeant-fondateur d'IT Partner, ("c'était une utopie, ça n'existait pas"), et dans celui de Laurent de la Clergerie, cofondateur de LDLC Group ("je suis convaincu qu'avec un jour de travail de moins dans la semaine, l'entreprise va bénéficier de collaborateurs mieux dans leur vie et donc plus efficaces").

Ils sont donc chacun passés à l'action après avoir engagé un travail interne en 2020 pour préparer les collaborateurs et les process puisque chacune des entreprises poursuit son activité sur cinq jours par semaine. "En 2016, un travail de transformation de l'entreprise a été engagé pour mettre en place l'intelligence collective, l'entreprise libérée et l'innovation participative, avec l'aide d'un consultant externe, détaille Abdenour Ainseba, dirigeant de l'entreprise spécialiste de l'infogérance pour les entreprises.

LIRE AUSSI : Semaine de quatre jours : "Un pari de confiance de la part des entreprises"

La crise comme accélérateur

"L'agilité mise en place depuis a permis à notre PME de s'adapter à la crise qui a pris tout le monde de court début 2020. Celle-ci nous a encouragé à encore plus se pencher sur les questions de qualité de la production, de notre relation clients, de responsabilité individuelle et collective, de temps libre". Le télétravail est pratiqué depuis de nombreuses années au sein d'IT Partner.

La réduction à quatre jours de travail par semaine, avec donc un jour "off" tournant chaque trimestre est une nouvelle façon de fonctionner qui s'est accompagnée d'une redéfinition du projet d'entreprise avec la création d'un groupe de travail, la Cellule 2.0. "Il y a eu des détracteurs, mais l'ensemble a adhéré au projet", affirme Abdenour Ainseba.

Laurent de la Clergerie : "Je suis persuadé de l'efficacité d'une telle démarche"

Du côté de LDLC Group, Laurent de la Clergerie a proposé l'idée courant 2020. "J'avais lu un article sur l'expérience de la semaine de quatre jours chez Microsoft au Japon avec une productivité en hausse de 40 %. Je suis persuadé de l'efficacité d'une telle démarche. Je suis convaincu qu'avoir du temps pour soi, pour ses enfants, dans la semaine, et garder des vrais week-end de repos, contribuent à rendre des collaborateurs mieux dans leur tête donc avec un temps de travail efficace", confie-t-il.

800 des 1 000 collaborateurs du groupe coté en Bourse sont passés le 25 janvier 2021 à la semaine de quatre jours.

Créations d'emplois et maintien des salaires

Dans les deux cas d'IT Partner et de LDLC Group, des créations d'emploi ont découlé des nouvelles organisations. Tout comme les dirigeants ont aussi décidé de maintenir les salaires. "Conserver les modes de rémunération était essentiel pour faire adhérer au projet. Par contre, nous avons gelé les salaires pour 2021, explique Abdenour Ainseba. Des investissements conséquents découlent de cette décision mais des économies sont faites par ailleurs, sur les véhicules de fonction par exemple. Le surcoût de cette mesure pour 2021 est évalué à 250 000 euros."

Des postes d'encadrement et d'accompagnement de la démarche ont été créés. Tous les postes et les métiers ont été questionnés et remis en cause. Des indicateurs de performance ont été mis en place au sein d'IT Partner.

"Nous n'avons pas revu les fiches de postes mais plutôt réorganisé les plannings. Notre objectif était de satisfaire au plus possible la demande du jour non travaillé. Des embauches étaient prévues pour cela". Une trentaine de postes sera créée au siège de Limonest principalement dans les services Relation clients, qui doit être maintenu tous les jours, de la logistique, où la compression des taches n'est pas possible, ou encore dans les boutiques comptant peu de salariés.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Toute l'info éco, juridique, collectivités... à Lyon et dans la région / Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer