AccueilActualitéLavovelo : le projet d’une entreprise lyonnaise pour faire durer les vélos

Lavovelo : le projet d’une entreprise lyonnaise pour faire durer les vélos

Les Lavovelo sont des machines automatiques pour laver les vélos. Imaginées par l’entreprise lyonnaise du même nom, elles permettent un lavage écologique en cinq minutes chrono. Une solution durable, pour faire durer son vélo.
A Lyon, les stations Lavovelo visent à nettoyer les vélos jusqu'aux petites pièces, sans abîmer la mécanique.
© Mathilda Ruiz pour Tout Lyon - A Lyon, les stations Lavovelo visent à nettoyer les vélos jusqu'aux petites pièces, sans abîmer la mécanique.

Actualité Publié le ,

Depuis quelques jours, un drôle d’automate est installé placeBellecour, à Lyon. Un rail, des brosses, des boutons rouges ou verts, la machine ressemble à une version réduite d’une station de lavage de voiture. Appelée Lavovelo, elle permet de nettoyer une bicyclette, du cadre à la chaîne, sans en abîmer la mécanique.

Laver son vélo, une solution pour le faire durer

© Mathilda Ruiz Yeste pour Tout Lyon - La mise en route du Lavovelo
est simple et toutes les étapes sont indiquées.

Lavovelo a été pensé par Rémi Hingrai en 2021. "Après le Covid, j’ai constaté qu’il y avait une sorte de ruée vers le déplacement à vélo. Je ne voulais cependant pas que cela soit une contrainte. Un vélo demande de l’entretien, je me suis dit qu’il fallait faire en sorte que cela soit accessible à tous", raconte-t-il.

Mais pourquoi laver son vélo ? Qu’il soit neuf ou d’occasion, un vélo demande de l’entretien. Le nettoyer est important, non pas pour l’esthétique, mais pour qu’il dure plus longtemps. "Les réparateurs m’ont fait part de leur constat : les gens doivent changer leur chaîne au bout de trois ou quatre ans lorsqu’ils ne l’entretiennent pas", souligne Rémi Hingrai.

10 euros pour 5 minutes de lavage : que trouve-t-on derrière ce prix ?

Certains répondront qu’un lavage à l’éponge ou au nettoyeur haute pression est suffisant. "La pression du Lavovelo est pensée pour laver les petites pièces sans les abîmer. Le problème d’un jet classique, c’est que ça détériore certaines pièces ", détaille cependant Rémi Hingrai.

Derrière ces dix euros, Lavovelo promet donc un entretien proche de celui d’un magasin spécialisé tel que Décathlon, dont les prestations varient entre 35 et 90 euros. Il s’agit également d’amortir lescoûts des ressourcesutilisées, de l’installation et de la machine.

Le Lavovelo, imaginé pour être aussi écologique et mobile que le vélo

3.jpg
© Lavovelo - La collaboration entre Kleuster et Lavovelo rend les machines
nettoyantes encore plus itinérantes.

En accord avec la préservation de l’environnement et de ses ressources, les Lavovelosont pensés pour recycler l’eau jusqu’à 50 lavages. Les options des machines sont modulables selon les projets des partenaires. Un Lavovelo peut par exemple fonctionner à l’énergie solaire. "Nous avons collaboré avec l’entreprise Kleuster pour assembler un Lavovelo et un triporteur. C’est le Lavovelo le plus itinérant de notre projet... itinérant", explique Rémi Hingrai, en riant.

Les Lavovelo sont effectivement itinérants. Installées en ville comme la station de Bellecour, ces machines ont aussi vocation à être présentes dans des salons, lors de courses ou bien dans des magasins spécialisés.

Le Freegône de Kleuster industrialisé et distribué par Renault Trucks

"Lyon est un vivier pour les mobilités écologiques"

Difficile donc, de donner un prix exact pour l’installation complète d’un Lavovelo, puisque les modèles sont modulables. D’après les précédent projets, cette fourchette varie de 15 000 à 75 000 euros.

" Lyon est un vivier pour les mobilités écologiques. Nous sommes hébergés par Le Grand Plateau (centre basé à Villeurbanne réunissant les acteurs des mobilités conformes au développement durable, Ndlr), ce qui est un avantage clair pour des partenariat et projets collaboratifs proches de nos valeurs ", indique Rémi Hingrai.

L’équipe de Lavovelo et ses collaborations continuent de se développer. Ajoutant un nouvel employé et des membres en freelance au projet, l’entreprise envisage d’installer ses stations de lavage ailleurs en France." En un an, notre évolution a été rapide. Le bilan est positif et nous avons pas mal d’ambitions pour 2023 ", conclut Rémi Hingrai.

Des partenariats sont en cours d’élaboration dans la ville de Grenoble et en Bretagne. D'autres Lavovelo devraient donc fleurir ailleurs d'ici peu.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?