AccueilActualitéLaurent Wauquiez face aux agriculteurs

Laurent Wauquiez face aux agriculteurs

Pendant que les tracteurs des agriculteurs adhérents de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs des Monts du Forez bloquaient les ronds-points autour de Montbrison, la chambre régionale d'agriculture Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) se réunissait à Saint-Etienne.
Laurent Wauquiez face aux agriculteurs
D.R.

Actualité Publié le ,

Après l’installation de la chambre régionale d’agriculture Aura en décembre dernier dans l’auditorium du Crédit Agricole Loire Haute-Loire par le préfet de région, Saint-Etienne confirme sa place centrale de point de rencontre pour les représentants des agriculteurs de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Pour la première session de l’année, le président de la chambre Gilbert Guignand avait invité Laurent Wauquiez à les rejoindre dans la capitale de la Loire.

Accueilli en « ami » des agriculteurs, le président de la Région a martelé les grandes lignes de son programme de mandat, accompagné par sa vice-présidente, la Savoyarde Emilie Bonnivard, face à des agriculteurs inquiets pour l’avenir de leur profession.

Au rang de leurs interrogations figurent bien évidemment la crise des prix, l’harmonisation et la continuité des politiques entre les deux anciennes régions Auvergne et Rhône-Alpes, les conséquences de la loi NOTRe et les aides à l’agriculture des conseils départementaux. « Le budget de l’agriculture de la Région c’est 40 M€, c’est autant pour tous les Départements réunis », a décrit Gilbert Guignand avant de passer la parole à Michel Joux.

Le président de la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles (FRSEA) Aura a rappelé à Laurent Wauquiez les termes du courrier qu’il lui a adressé la semaine précédente. « Nous demandons 18 M€ d’accompagnement financier, a-t-il insisté. Mais ce n’est qu’une partie des demandes. L’autre, c’est de trouver de vraies solutions pour que nos agriculteurs, quelques soient leurs filières, puissent vivre de leur production. Il faut une baisse des charges, mais aussi une réévaluation des prix. Aujourd’hui les industriels et la grande distribution se renvoient la balle, et c’est nous qui sommes les dindons de la farce. »

Laurent Wauquiez a répondu en fustigeant les atermoiements du ministre de l’Agriculture : « On a perdu 6 mois ». Le président d’Aura a assuré vouloir « aider les agriculteurs à retrouver leur fierté par leur travail. » Il s’est ainsi dit favorable au soutien à l’exportation des produits agricoles vers les pays avec lesquels la Région a des partenariats d’échanges universitaires. « On va essayer de vous ouvrir des marchés à l’export. Il faudra être attentif à ce que cela ne bénéficie pas qu’aux intermédiaires, mais aussi aux agriculteurs. »

Au sujet des ressources financières et du second pilier de la Pac (politique agricole commune, Ndlr) consacré au développement rural dont 25 % des fonds sont gérés par les Régions, Laurent Wauquiez a affirmé vouloir les affecter à « 100 % dans l’agriculture », moquant le soutien aux « projets touristiques, toilettes sèches et cafés littéraires dans la Drôme » du mandat précédent. D’ailleurs, il l’a assuré : « Le budget de l’agriculture sera le seul en expansion ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?