AccueilDroitLamy Lexel entre dans un nouveau cycle

Lamy Lexel entre dans un nouveau cycle

Installé depuis fin décembre 2019 dans ses nouveaux locaux (rue Bossuet), le cabinet Lamy Lexel (spécialisé dans le droits des affaires) entre dans une nouvelle phase de son développement, avec une nouvelle gouvernance et une approche « full services » proposée à ses clients chefs d'entreprise.
Lamy Lexel entre dans un nouveau cycle
© J.T. - Pierre-Antoine Farhat et Aurélie Dantzikian-Frachon

Vie juridiqueDroit Publié le ,

La pluridisciplinarité qui imprègne un nombre grandissant de cabinets d'avocats n'épargne par Lamy Lexel, qui profite de ce contexte de rapprochements d'expertises pour écrire une nouvelle page de son histoire entamée en 1991, lorsque Lexel rachète Lamy.

Aujourd'hui, Aurélie Dantzikian-Frachon (spécialisée notamment en protection de l'innovation, rédaction des contrats, valorisation des actifs immatériels) et Pierre-Antoine Farhat (Fiscaliste) ont pris la direction générale du cabinet, associés Guillaume Limouzi (non avocat, ex-DG de la société de jeux vidéos 505 Games, qui apporte son expertise d'entrepreneur afin de mieux appréhender les problématiques des dirigeants).

« Une direction collégiale, à l'expertise diversifiée, qui permet d'accompagner nos clients, Pme et ETI particulièrement, sur l'ensemble de leur stratégie et la conduite de leurs affaires » explique Aurélie Dantzikian-Frachon.

Lamy Lexel reste une société d'avocats mais souhaite agréger d'autres expertises inhérentes au développement des entreprises, tout en gardant son indépendance par rapport à d'autres professions du droit et du chiffre.

Clairement orienté en « mode expertise » avec une vision à 360° des enjeux liés au développement des entreprises, Lamy Lexel s'affiche comme un cabinet « full services », avec l'idée de suivre toutes les étapes d'une stratégie d'entreprise, qu'il s'agisse d'une croissance externe, d'un déploiement à l'international ou de nouveaux services.

Lamy Lexel (14 associés, 100 collaborateurs répartis entre Lyon (80% des effectifs) et Paris (20%), 14 M€ de CA en 2019) a l'ambition d'atteindre les 15 M€ de chiffre d'affaires en 2020. « Ceci implique de faire rentrer plus de dossiers à plus haute valeur ajoutée avec aussi des investissements (ndlr : 150 000 € /an) dans des outils de justice prédictive et une montée en puissance de nos collaborateurs via la formation » conclut Aurélie Dantzikian-Frachon.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?