Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Lamberet investit pour éviter la surchauffe

le - - Entreprise de la semaine

Lamberet investit pour éviter la surchauffe
© : DR - Lamberet spécialise ses sites de production pour en accroître la capacité et le niveau de qualité

Continuant de surfer sur la vague de croissance, qui le porte depuis 2010, le spécialiste de la carrosserie industrielle se dote d'une nouvelle unité industrielle en Saône et Loire et agrandit son unité de Saint-Cyr-sur-Menthon (Ain).

Les voyants sont au vert chez Lamberet. Désormais sous le contrôle de Xinfei France, filiale du géant industriel aéronautique chinois AVIC, le carrossier emblématique de l’Ain, spécialisé dans la construction de véhicules et carrosseries frigorifiques, se projette dans l’avenir avec optimisme. Chiffre d’affaires en hausse (Ndlr : 140 M€ réalisés en 2014, puis 167 M€ en 2015, après avoir chuté à 70 M€ en 2009) et parts de marché à l’avenant, Lamberet attaque 2016 avec des ambitions toujours plus grandes. Une dynamique qui se traduit par une politique d’investissements ambitieuse, avec notamment la construction d’une nouvelle unité industrielle, à Saint-Eusèbe (71), et l’extension de l’usine principale à Saint-Cyr–sur-Menthon (01).


« Notre développement repose sur la conquête de parts de marchés, en France et à l’export, et nos capacités de production ne sont pas suffisantes, explique Erick Méjean, le directeur général de l’entreprise. Nous avons donc lancé un plan de développement produit, technologique et industriel. Ce dernier volet nous amène à spécialiser nos sites de production pour en accroître la capacité et le niveau de qualité"

.
Entrée en production au mois d’avril, l’usine de Saint-Eusèbe est spécialisée dans les petits véhicules pour l’Europe du Sud, tandis que celle de Francfort travaille sur les mêmes types de véhicules pour l’Europe du Nord. Toutes les autres activités sont assurées par les unités industrielles de Sarreguemines (Panneaux désassemblés pour l’export), Vonnas (petite unité de production de panneaux et moules), qui va migrer vers Saint-Eusèbe à terme, et enfin Saint-Cyr–sur-Menthon, qui se concentre sur les véhicules industriels, c’est-à-dire porteurs et semi-remorques de 7 à 44 tonnes.


Site le plus important du groupe, Saint-Cyr–sur-Menthon enregistrera bientôt une nouvelle extension de 10 000 m2. Un investissement inscrit dans un programme de plusieurs millions d'€ destinés à ce site, qui permettra d’augmenter les capacités de production et de réorganiser l’espace après la migration des ateliers petits véhicules vers Saint-Eusèbe. « En attendant, l’étape actuelle permet de faire tourner à plein régime un bâtiment de 1 000 m2, livré en janvier et dédié à la personnalisation des porteurs et semi remorques », conclut Erick Méjean.

 

Erick Mejean : « Des ambitions hors d’Europe »

Que représente l’international dans votre chiffre d’affaires ?


Un peu plus de 50 % pour le moment, mais nous continuons à gagner des parts de marché. En France aussi, mais les opportunités de développement sont plus fortes à l’international. Nous faisons notamment de très gros efforts en Allemagne, où nous sommes le 3ème acteur du marché et où nous avons de plus grosses ambitions. Nous visons le podium dans chaque pays européen.

Vos ambitions à l’international se limitent-elle à l’Europe ?

Non, nous développons aussi le « grand export ». Les choses sont bien engagées en Afrique du Nord, avec de très belles progressions au Maroc. Nous avons aussi des ambitions en Amérique du Nord. Nous avons démarré avec le Canada il y a 18 mois et la dynamique est supérieure à nos attentes. A l’origine nous avions ciblé seulement la gamme des utilitaires, mais finalement nous vendons également de la caisse pour camion. Nous avons engagé des développements pour adapter nos produits aux châssis de semi remorques locaux.

Avec un groupe chinois au capital, pouvez-vous ignorer ce marché ?

Non, bien entendu. Nous avons des velléités de développement et d’implantation majeure, mais seulement à moyen terme car ce marché n’a rien à voir avec celui que nous connaissons en Europe. Nous sommes en phase de test et de définition des produits. Nous ambitionnons d’être un acteur incontournable à horizon de 5 à 10 ans.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer