Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Lamberet bat le fer de la croissance tant qu'il est chaud

le - - Entreprise de la semaine

Lamberet bat le fer de la croissance tant qu'il est chaud
Photo DR - Lamberet Prespective Extension Saint-Cyr sur Menthon

Le spécialiste des véhicules sous température dirigée affiche un chiffre d'affaires record en 2018 et annonce la construction d'une nouvelle unité de production à Saint-Cyr sur Menthon (01), sur un foncier de 4 hectares faisant face à son usine historique.

Que ce soit dans l'Hexagone ou à l'international, Lamberet continue d'avancer ses pions. Et gagne des parts de marché. Ainsi, en 2018, le chiffre d'affaires du groupe s'est établi à 210 M€, soit une progression de 5 M€ par rapport à 2017. Cette nouvelle dynamique se traduit par la production de 7 400 carrosseries sous température dirigée, dont 4 400 véhicules industriels et 3 000 utilitaires. Ces volumes de véhicules confortent Lamberet dans sa position de premier carrossier frigorifique français.

Pour assurer cette croissance, l'entreprise qui emploie 800 personnes à Saint-Cyr sur Menthon (Siège du groupe, centre R&D et usine de production), dans l'Ain, et plus de 350 sur ses quatre autres sites de production, s'est une nouvelle fois adossée sur le marché national, d'une part, et sur l'export, d'autre part. Lamberet, qui dispose d'un réseau de distributeurs agréés dans 40 pays et de filiales en Espagne et en Allemagne, a réalisé 40 % de son activité à l'international. En Europe, la forte baisse en volume enregistrée depuis 2016 sur un marché Espagnol en crise a été compensée par la hausse des parts de marché du groupe en Allemagne et en Italie. « Quant au Brexit, il ne nous impacte pas, car nous sommes toujours restés à l'écart du marché Anglais depuis la reprise en 2009 », indique Erick Méjean, Directeur général de Lamberet.

A plus long terme, le développement du grand export, et notamment du marché chinois, devrait être source de croissance. Cette stratégie se concrétise dès aujourd'hui à travers un partenariat commercial et industriel avec Renault-Brilliance, mais aussi par l'implantation d'un site de production de carrosseries proche de Shanghai.

Dans le même temps, Lamberet reste très attaché au renforcement de ses positions dans l'Hexagone. « La performance du groupe en volume et parts de marché en France a été remarquable en 2018 », affirme Erick Méjean. Elle a concerné les trois segments constitutifs du marché des véhicules sous température dirigée : utilitaires, porteurs et semi-frigos. Le segment de marché des utilitaires frigorifiques a représenté le volume d'immatriculation le plus important avec 6 604 véhicules en 2018. Hors immatriculations réalisées par un loueur institutionnel, Lamberet a ainsi vu sa part de marché atteindre 36 % des VU frigorifiques en 2018.

Le segment des porteurs frigorifiques a quant à lui enregistré une croissance de 5 %, à 3 086 immatriculations en 2018, soit une part de marché de 30 %, là encore hors immatriculations réalisées par un loueur institutionnel. Enfin, le segment des semi-remorques a connu une croissance de 13 % en 2018, avec 3 730 véhicules immatriculés. Pour la première fois de son histoire, la part de marché du groupe a représenté plus de 31 % des semi-frigos vendus en France.

Jacques Donnay

Érick Méjean : « Une nouvelle unité de production en 2021 »

Directeur général de Lamberet SAS

Quelle sera la vocation des 4 hectares de foncier que vous venez d'acquérir en face de votre usine historique ?

L'acquisition de ces 4 hectares représente une étape décisive pour assurer les futurs développements du groupe, puisque nous allons les utiliser pour construire une seconde unité de production. Elle comprendra un ensemble consacré à la fabrication de nos nouveaux châssis et faux-châssis développés par notre centre de R&D, ainsi qu'une ligne de production dédiée à la fabrication des panneaux et à l'assemblage des carrosseries de porteurs de 12 à 26 tonnes. Les premiers ateliers devraient être achevés courant 2021. Par ailleurs, cette opération nous permettra également d'augmenter notre capacité de production de semi-remorques frigorifiques, en leur consacrant à 100 % l'usine actuelle. C'est un projet industriel majeur, avec à la clé la création de 250 emplois directs.

Quelles sont les raisons qui vous ont amenés à engager ce nouvel investissement ?

Nos véhicules sont de plus en plus complexes. Ils réclament des temps de fabrication plus longs, mais génèrent plus de valeur ajoutée et la demande est en plein essor. Aujourd'hui, notre projet industriel vise à accroitre notre capacité de production de véhicules techniques. C'est ce qui motive ce développement foncier et immobilier.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer