AccueilCollectivitésLa Ville de Lyon va demander aux entreprises de montrer patte verte

COMMANDE PUBLIQUE La Ville de Lyon va demander aux entreprises de montrer patte verte

A travers le SPASER, la Ville de Lyon affiche ses objectifs en matière d’achats responsables. Elle privilégiera les entreprises proposant des biens et services vertueux et les accompagnera dans la transition écologique.
La Ville de Lyon va demander aux entreprises de montrer patte verte
Muriel Chaulet - Le SPASER et le PPI ont été présentés aux acteurs du monde économique le 5 octobre 2021

Collectivités Publié le ,

La Ville de Lyon, en partenariat avec la CCI et Pacte PME, a organisé récemment une matinée de rencontre entre ses représentants et ceux du monde économique. L’objectif : échanger et présenter aux entreprises le Plan pluriannuel d’investissement (PPI) et le Schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables (SPASER).

Celui-ci a été adopté par le conseil municipal le 30 septembre. Il répond à une obligation légale puisque la loi du 31 juillet 2014, relative à l’économie sociale et solidaire, impose aux collectivités territoriales, dont le montant d’achat public dépasse les 100 millions d’euros, de se doter d’un SPAR (Schéma de promotion des achats responsables).

Lyon est bien sûr concernée puisque sa commande publique s’élève à 200 millions d’euros par an, ce qui porte cette somme à un milliard d’euros sur l’ensemble de la mandature. 

Les quatre piliers du SPASER

Pour Audrey Hénocque, adjointe aux finances, à la commande publique et aux grands événements, "le SPASER se décline autour de quatre axes : la transition écologique, l’inclusivité, la santé environnementale et l’alimentation plus saine, et l’efficience économique"

Concrètement, les entreprises qui répondent à des appels d’offres de la Ville devront intégrer ces différents critères pour maximiser leurs chances de l’emporter. Elles devront notamment apporter une attention toute particulière aux rejets de gaz à effet de serre et privilégier une mobilité décarbonée. Le critère du réemploi des matériaux et de la gestion des déchets sera également central.

Le BTP, fer de lance de la commande publique

Enfin, la SPASER a également pour ambition d’accompagner les entreprises du BTP dans la transition écologique. Sachant que "ce secteur représente les trois quarts de la commande publique", rappelle Sylvain Godinot, adjoint au maire délégué à la transition écologique et au patrimoine.

"Aujourd’hui, nous ne laisserons pas passer de rénovation qui laisse l’aspect énergétique de côté", poursuit l’élu. La sobriété des bâtiments et l’utilisation de matériaux biosourcés sont, bien sûr, au cœur de cette démarche. C’est le cas, par exemple, de l’école Kennedy, dans le 8e arrondissement, qui dispose d’une structure bois et paille. 

Grégory Doucet : "Ce schéma est une direction globale"

Mais comment appliquer, concrètement, les bonnes intentions édictées dans le SPASER ? "Ce schéma est une direction globale. Il s’incarne ensuite dans le cahier des charges de chaque projet, précise le maire, Grégory Doucet.  Nous sommes aujourd’hui dans un changement de paradigme. Il s’agit de s’interroger systématiquement, plus de faire des “one shot”".

De plus, pour que le SPASER soit efficace et atteigne ses objectifs, un comité de pilotage, composé des six groupes politiques du conseil municipal, a été mis en place. D’autres rencontres avec les opérateurs économiques sont également prévues.

 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?