AccueilCultureSpectacle vivantLa valse du tango de Catherine Berbessou

La valse du tango de Catherine Berbessou

Le Ballet du Capitole revient sur les planches de la Maison de la danse avec un programme résolument contemporain.
La valse du tango de Catherine Berbessou
DR - Valser par le Ballet du Capitole

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Lors de sa dernière venue en mai 2015, il avait présenté La fille mal gardée, le plus ancien ballet inscrit au répertoire français, alors qu'ici il propose une pièce de Catherine Berbessou, chorégraphe repérée pour ses accointances avec le tango argentin.
En effet, la politique du ballet toulousain est de sauvegarder les pépites du répertoire classique tout en encourageant la création contemporaine. Illustration : cette saison, le ballet a dansé Groosland et Duo d'Eden de Maguy Marin et s'apprête à plonger dans l'univers de William Forsythe. Et pour cette pièce de Catherine Berbessou, les interprètes du Capitole se frottent à l'univers du tango avec Valser, une pièce créée en 2009 et entrée au répertoire du Ballet du Capitole en 2014.

Étonnant opus qui fait valser huit interprètes dans la terre, comme pour y laisser des traces et « casser les codes de la perfection, du propre, du policé, trop souvent liés au tango », selon les mots de la chorégraphe qui sait de quoi elle parle, elle qui est allée chercher la quintessence du tango argentin dans les milongas de Buenos Aires. À Lyon, on se souvient d'une pièce mémorable co-produite par la Biennale en 1996, A fuego lento, qui déjà voulait renverser les usages du tango tout en restant fidèle à cette danse si complexe. D'ailleurs le titre de la pièce, plutôt surprenant, doit se comprendre au sens de « faire valser » parce qu'il s'agit justement de faire valdinguer les codes, ceux du tango mais aussi ceux qui régissent les relations entre les femmes et les hommes. Sur une scène qui ressemble à une arène, quatre femmes et quatre hommes se cherchent et se repoussent, s'aiment et se déchirent, en tentant d'exprimer que le « tango est bagarreur et exprime la conviction que le combat peut être une fête », selon une conception très borgesienne du tango. À découvrir !

Maison de la danse, du 12 au 14 janvier, www.maisondeladanse.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?