AccueilDroitLa transmission, au cœur des métiers de bouche

La transmission, au cœur des métiers de bouche

Tous comme les avocats, les grands cuisiniers sont dépositaires d'un savoir-faire qu'ils ont pour devoir de transmettre aux jeunes générations. Une valeur fondamentale pour Christian Têtedoie qui, à l'occasion des rencontres Droit & Gastronomie, raconte pourquoi il a souhaité devenir le parrain culinaire du talentueux traiteur Arthur Brunet.
La transmission, au cœur des métiers de bouche
© Charlotte Mounard - Christian Têtedoie et Arthur Brunet, entourés des avocates du barreau de Lyon

Vie juridiqueDroit Publié le ,

Mardi 22 mars. Les salons de MaPièce Bellecour sont investis jusque dans leurs moindres interstices. Ils sont nombreux à répondre présent à ces nouvelles rencontres Droit & Gastronomie, organisées par le barreau de Lyon. Au nom de sa bâtonnière Laurence Junod-Fanget, Me Géraldine Morris-Becquet tient à remercier les fidèles de ces rendez-vous qui, depuis deux ans, sensibilisent les entrepreneurs au management et à la gestion des professions culinaires. « Il existe tant d’éléments communs entre le droit et la gastronomie. L’Ordre des avocats est vraiment ravi de pouvoir offrir à tous l’opportunité de connaître ces talents d’une autre manière. »


Pour cette première de l’année 2016, l’avocate laisse à sa consœur, Me Nawel Ferhat, le soin d’endosser le rôle du journaliste. C’est dans une ambiance très décontractée que la jeune avocate aborde le thème de la transmission en compagnie de Christian Têtedoie et de son jeune protégé, Arthur Brunet. L’héritage, une notion très chère aux yeux des professionnels du monde culinaire, qui la cultivent avec amour et sérieux. Une valeur que partage aussi l’univers juridique, bien qu’insuffisamment exploitée comme le souligne Me Ferhat : « Avant, les avocats suivaient leur maître de stage deux années durant, alors qu’aujourd’hui, les apprenants ont 18 mois d’école et seulement six mois de stage. »


De son côté, Christian Têtedoie a toujours pris cette affaire au sérieux. Voilà plusieurs années qu’il accompagne les jeunes et les aide à se faire un nom. En 2009, il inaugure L’Arsenic, une « pépinière de talents » qui a pu révéler d’audacieux cuisiniers officiant désormais dans les endroits les plus branchés de Lyon. « La transmission, c’est un devoir de mémoire, une valeur fondamentale, rappelle le MOF 1996. J’ai eu la chance de travailler avec de grands cuisiniers, et rien ne me fait plus plaisir que donner ce que j’ai reçu. »
En parallèle de ses activités, il conseille d’Arthur Brunet, fondateur et dirigeant d’Arthur Traiteur. Basé à Saint-Lager, près de Belleville-sur-Saône, le jeune entrepreneur s’était rendu au Sirha pour une démonstration, au cours de laquelle il a été repéré par le maître. Têtedoie raconte avoir été « littéralement impressionné par la motivation et le travail de ce garçon privé de ses jambes. »


Car Arthur Brunet est handicapé. Suite à un accident de moto-cross qui le laisse paraplégique, ce jeune talent tout juste sorti d’une formation chez Del Forno a du mal à remonter la pente. Il mettra deux ans à se réaclimater. « Je me rappelle être allé chez Pôle Emploi dire que je voulais être cuisinier. On m’a ri au nez avant de me proposer des petits boulots derrière un ordinateur, » explique-t-il un peu amer. Le jeune homme a raison de persévérer. A l’époque, il est embauché chez Serge Magner, « le seul qui m’ait ouvert sa porte ». Puis il se lance et réalise de petits cocktails pour les particuliers. Le bouche à oreille fonctionne. Sa cuisine punchy, féminine et colorée fait des émules. Très soutenu par ses parents (sa mère s’occupe de l'administration générale et de la comptabilité, son père du marketing), il s’affirme rapidement en qualité de traiteur gastronomique.


Aux côtés de son mentor, il acquiert des techniques nouvelles, donne de la maturité et de la créativité à sa cuisine. Leur relation, complice et sincère, n’échappe à personne.L’assistance a poursuivi la discussion autour d’une dégustation concoctée en duo. Une soirée très réussie, en attendant les prochaines « rencontres », qui devraient accueillir Tabata Mey ou Sébastien Bouillet.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?