AccueilEconomieServicesLa start-up lyonnaise Wastreet veut inventer le Blablacar des déchets

DECHETS La start-up lyonnaise Wastreet veut inventer le Blablacar des déchets

Après avoir créé une marketplace pour mettre en relation les producteurs et les collecteurs de déchets, la start-up lyonnaise accompagne les collectivités.
La start-up lyonnaise Wastreet veut inventer le Blablacar des déchets
DR - Maxence Courbe et Romain Treussard ont créé Wastreet en décembre 2018.

EconomieServices Publié le ,

C’est un sommier à jeter lors d’un déménagement, mais impossible à charger dans une voiture qui est à l’origine de Wastreet. "Cette problématique nous a amenés à étudier l’écosystème du déchet et à lancer un service de collecte des déchets sur le modèle de Blablacar", se remémorent Romain Treussard et Maxence Courbe qui ont créé Wastreet en décembre 2018.

La plateforme Waster met ainsi en relation les particuliers ou les professionnels, notamment les artisans, pour simplifier et mutualiser leurs apports en déchèterie. Proposée à Lyon depuis septembre 2019 et en Ile-de-France depuis mai 2020, la solution dénombre 1 300 collecteurs et 10 000 dépôts pour 85 tonnes de déchets.

"Le producteur et le collecteur de déchets s’accordent sur le prix sur lequel nous prélevons une commission de 18 % TTC", précise Romain Treussard.

Dons entre usagers ou signalement de dépôts sauvages

Fort de cette première expérience, Wastreet a décidé d’aller plus loin en ciblant les collectivités. "Nous simplifions et améliorons la relation avec les usagers grâce à des outils accessibles en ligne. Nous proposons des modules de calendrier de collecte, de prise de rendez-vous pour les encombrants, de demande de renouvellement de bacs, de gestion des badges de déchèterie, de signalement de dépôts sauvages, de dons entre usagers…", explique le co-fondateur.

Quatre collectivités ont déjà signé un contrat, une dizaine d’autres sont intéressées. "Les data collectées vont permettre aux collectivités d’optimiser et d’anticiper la gestion des déchets", souligne Romain Treussard. Wastreet vise la rentabilité à fin 2022.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?