AccueilEconomieLa Start-up qui change votre quotidienLa start-up lyonnaise Fredo digitalise les flottes de vélos des villes et des entreprises

La start-up lyonnaise Fredo digitalise les flottes de vélos des villes et des entreprises

La start-up lyonnaise a développé un cadenas connecté et une application mobile pour démocratiser l’accès au vélopartage.
Fredo a été créée il y a un an par Théo Roussely et Thomas Randolph après une incubation au sein de la cellule innovation de Groupama Rhône-Alpes Auvergne.
DR - Fredo a été créée il y a un an par Théo Roussely et Thomas Randolph après une incubation au sein de la cellule innovation de Groupama Rhône-Alpes Auvergne.

EconomieLa Start-up qui change votre quotidien Publié le ,

Vélo’v à Lyon, Vélib’ à Paris, Vélhop à Strasbourg… toutes les métropoles proposent un service de location de vélos en libre-service. Mais en dehors des grandes villes, l’offre se fait rare. "Notre solution permet aux territoires péri-urbains d’accéder à la mobilité douce et partagée", affirme Thomas Randolph, qui a co-fondé Fredo en février 2021 avec Théo Roussely après deux ans d’incubation au sein de la cellule innovation de Groupama Rhône-Alpes Auvergne.

La start-up a développé un système basé sur un cadenas connecté, une application mobile et une plateforme de gestion. Plus besoin de bornes ou de stations d’accueil, de simples arceaux suffisent pour mettre en place un service de vélo-partage sécurisé.

Fredo veut équiper 600 vélos d’ici la fin d’année

En pratique, l’utilisateur géolocalise le vélo le plus proche, déverrouille le cadenas en scannant le QR code avec l’appli et rend le vélo dans une zone de restitution à l’issue de son trajet. Le gestionnaire peut superviser sa flotte et obtenir des remontées d’informations pour optimiser son service.

Fredo, qui cible les entreprises et les collectivités, a déjà installé 200 cadenas connectés et compte 1 000 utilisateurs pour 10 000 trajets réalisés. Cette année, les jeunes entrepreneurs espèrent atteindre 600 cadenas et quelque 10 000 utilisateurs.

"Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les villes de 10 000 à 60 000 habitants", fait savoir Thomas Randolph. Vienne-Condrieu Agglomération ou la Ville de Libourne sont déjà clientes.

La start-up de 5 personnes prévoit fin 2022 une levée de fonds pour financer le développement de sa technologie et structurer son équipe commerciale.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?