AccueilIndustrieLa sous-traitance mécanique face à son destin

La sous-traitance mécanique face à son destin

Pour garder le cap de la croissance et rester en ligne avec les attentes des grands donneurs d'ordre, la filière mécanique régionale doit poursuivre ses efforts d'adaptation.
La sous-traitance mécanique face à son destin
© : DR - Avant la fusion, les deux régions unissaient leurs forces lors du salon de la sous-traitance

EconomieIndustrie Publié le ,

Lire aussi dans le cadre de notre dossier :


http://le-tout-lyon.fr/auvergne-terre-de-sous-traitance-6475.html

http://le-tout-lyon.fr/auvergne-et-rhone-alpes-reunies-dans-une-meme-dynamique-6476.html

http://le-tout-lyon.fr/2matech-un-laboratoire-au-service-de-la-sous-traitance-en-auvergne-6478.html

Issus de l'univers de l'automobile, de l'aéronautique, des machines–outils et des biens d'équipements, des matériaux et du traitement ou de la transformation des métaux, les grands donneurs d'ordre exigent toujours plus de leurs sous-traitants. Plus de qualité, plus de réactivité, plus de compétitivité… Confortés dans leurs ambitions par une offre de sous-traitance devenue réellement mondiale, ils ont mis en place des stratégies d'achat combinant des objectifs de réduction continue des coûts et de réduction du nombre de leurs fournisseurs. Cette logique, qui pénalise les PME-PMI mécaniciennes de petite taille, peut les conduire à reculer dans la pyramide de sous-traitance.

« De fait, un certain nombre d'entreprises se retrouvent prises dans l'étau d'une pression à la baisse des prix et d'une hausse du coût des matières premières, notamment au cours de ces trois dernières années », analyse José Alba, directeur du laboratoire 2MAtech à Aubières, dans le Puy-de-Dôme. Cette situation détériore la rentabilité des PME-PMI sous-traitantes et pourrait pénaliser durablement les investissements nécessaires au renouvellement et à l'adaptation de l'outil de production. Elle compromet aussi les possibilités d'effectuer les bonds technologiques indispensables.

Les PME et PMI sous-traitantes régionales gardent cependant des atouts. A commencer par un savoir-faire reconnu. « Elles se situent dans une logique de bassin qui structure fortement l'identité des territoires sur lesquels elles sont présentes, que ce soit dans les départements de la Loire, du Puy-de-Dôme et de l'Allier. La labellisation du pôle de compétitivité Viaméca a d'ailleurs reconnu cette tradition et la capacité d'innovation de ces entreprises sur les produits et les services », analyse Pierre-Michel Destret, président de Viaméca et du C-Tec Constellium Technology Center.

En Auvergne, la constitution de réseaux d'entreprises associés aux organismes de recherche et une dynamique d'innovation ont permis de mieux résister à la concurrence par les coûts des pays industriels émergents et de limiter les pertes d'emplois. « Les PMI jouent un rôle majeur pour consolider l'ancrage territorial de ces « écosystèmes ». Les réseaux contribuent au développement d'une « atmosphère industrielle » qui constitue une prévention du risque de délocalisation », ajoute-t-il.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?