AccueilDossiersLa silver économie au service du bien-vieillir

DOSSIER La silver économie au service du bien-vieillir

Structurée depuis 2018 au sein de France Silver Eco, la filière entend répondre aux besoins des seniors. Par la force des choses ou par intérêt financier ? Agit-elle pour le meilleur ou le pire ?
La silver économie au service du bien-vieillir
© Adobe Stock

Dossiers Publié le , Stéphanie Véron, Sévim Sonmez et Julien Thibert

Plus que jamais la prise en charge des seniors est au centre des politiques publiques. Le vieillissement de la population, structurel et lié à l’allongement de l’espérance de vie, suppose d’organiser et d’inventer de nouvelles prises en charge pour répondre aux besoins à venir.

Selon les projections de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), près d’un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2060, contre environ un quart aujourd’hui. Si la silver économie ne concerne pas que les 60 ans et plus, pour favoriser un bien-vieillir, les acteurs du grand âge se sont structurés au sein de la filière.

Réunissant désormais collectivités, associations ou entreprises de droit privé, l’interpénétration entre les acteurs économiques attachés à défendre des intérêts financiers colossaux, et les politiques sanitaire et social relevant normalement de la puissance publique peut poser question. (Les plus de 50 ans représentent quasiment 50 % de la consommation totale en France selon le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), quand le marché du 3e ou 4e âge est estimé à 130 Md€ selon Serge Guérin, professeur à l’INSEEC Paris, Ndlr).

Un changement d'approche ? 

Dans son sujet de thèse en cours d’élaboration, Raphaël Rogay, chercheur au sein du laboratoire Triangle et doctorant à l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne essaie de comprendre comment la silver économie - qu’il associe à un nouveau contenu de politiques publiques, rapprochant des enjeux sanitaires et sociaux, la prise en charge du vieillissement et des enjeux de développement économique de l’autre – s’institutionnalise.

Il défend l’idée que cette institutionnalisation justement relève de la construction politique d’un marché. Dans un contrat de filière initié en 2013, et réaffirmé en 2018 par l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, la filière a défini la silver économie sous une approche essentiellement économique, se voulant réunir l’ensemble des activités économiques et industrielles qui bénéficient aux seniors.

"Aujourd’hui elle désigne davantage l’ensemble des biens et services qui vont favoriser la qualité de vie, l’autonomie, l’état de santé au sens de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) des personnes âgées", relève le chercheur (...) La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?