AccueilCultureSpectacle vivantCirque/La Scala aux Célestins, version Yoann Bourgeois

Cirque/La Scala aux Célestins, version Yoann Bourgeois

Yoann Bourgeois est l'artiste que tout le monde s'arrache. Devenu le premier circassien à co-diriger un Centre chorégraphique national, en l'espèce celui de Grenoble, après avoir investi l'ancien musée Guimet avant les travaux qui vont transformer celui-ci en Ateliers de la danse, il a fait le buzz avec son spectacle de réouverture de La Scala, sobrement intitulé Scala.
Cirque/La Scala aux Célestins, version Yoann Bourgeois
Geraldine Aresteanu - Scala de Yoann Bourgeois

CultureSpectacle vivant Publié le ,

À croire que les lieux en transit l'inspirent. Scala est de ceux-là, qu'il reprend au théâtre des Célestins pendant la fête des Lumières, dans une configuration nouvelle, puisque Scala a spécialement été conçu pour le nouveau lieu parisien. En voyant la salle en chantier, l'artiste a eu l'idée de ce nouvel opus bourré de chausse-trappes et autres pièges à déséquilibre. Toujours en quête du « point de suspension », ce moment magique où la balle « atteint le sommet de la parabole, juste avant la chute » celui qui a dansé pour Maguy Marin pendant 4 ans cherche toujours à déceler, et à déjouer les forces en présence, celles qui se meuvent dans le corps quand il est soumis aux contraintes physiques.

Dans Celui qui tombe, spectacle assez emblématique de son travail, il juchait ses interprètes sur un socle instable, les jetant dans la tourmente des forces de gravité, où chaque geste comptait pour ne pas se mettre en péril les uns les autres. Aujourd'hui, il « souhaite radicaliser (son) projet en imaginant une pièce où l'homme, de la première à la dernière seconde du spectacle, sera agi par une somme de machines. »

Dans Scala demeurent les trampolines, son agrès de prédilection, celui qui a forgé sa notoriété, mais voilà qu'apparaissent des chaises farceuses se disloquant au moment de l'assise puis redevenant elles-même, comme ces petits jeux en bois qui se désarticulent quand on appuie sur le fond. Voilà que les surfaces instables obligent à repenser la gravité, où affleure « le rêve d'une pièce fragile courant à toute allure le long d'un fil continu, faisant affleurer des situations sans jamais pourtant les fixer » comme l'écrit Yoann Bourgeois.

Théâtre des Célestins, 4 au 8 décembre, www.theatredescelestins.com

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?