AccueilCultureSpectacle vivantThéâtre/La psychanalyse en huis-clos au TNP

Théâtre/La psychanalyse en huis-clos au TNP

Le TNP invite la metteure en scène Brigitte Jaques-Wajeman et sa dernière production, Mme Klein, une sombre histoire de femmes qui s'entredéchirent.
Théâtre/La psychanalyse en huis-clos au TNP
DR - Mme Klein, mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Il y a 25 ans, Brigitte Jaques-Wajeman montait ce texte au théâtre de la Commune. Aujourd'hui elle a remis son ouvrage sur l'établi aux Abbesses en octobre 2017 avec une nouvelle version de ce trio féminin, écrit par un Anglais né au Cap dans les années 80. Mme Klein est un personnage qui a réellement existé, l'une des pionnières de la psychanalyse enfantine. La pièce respecte les codes classiques, l'unité de temps, d'action et de lieu et se déroule comme une tragédie.

Une forme de continuité avec les pièces précédentes mise en scène par la directrice de la compagnie Pandora, trois purs classiques de Corneille, Sophonisbé, Polyeucte et Nicomède, entre autres. Même si la forme et le fond sont très différents. Londres, une nuit de l'année 1934, dans un salon bourgeois, Melanie Klein vient d'apprendre la mort de son fils Hans, à Budapest. Sa fille Mellita, également psychanalyste, est persuadée que son frère s'est suicidé à cause de leur mère.

S'engage alors un combat féroce entre les deux femmes, et un témoin, Laura, l'amie de Mellita. Surgissent alors, subrepticement, des figures féminines tragiques, Médée et Électre ou bien leur fantômes... ou peut-être même les Parques tissant un linceul. Le dramaturge britannique brosse un portrait sans concession d'une psychanalyste presque caricaturale, avec la concision de mots percutants et coupants à souhait, une froideur clinique dans l'analyse des sentiments de ces trois femmes aux prises avec leurs démons.

« Leur connaissance des mécanismes inconscients ne les met pas à l'abri des passions. Elle aiguise au contraire leur capacité de sentir, d'entendre, de souffrir. C'est une des forces de la pièce. » explique celle dont certaines et certains spectateurs ont pu découvrir l'écriture dans Elvira/Elvire Jouvet 40 aux Célestins, il a deux semaines. On ne saurait mieux dire !

TNP, 4 au 22 décembre, www.tnp-villeurbanne.com

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?