AccueilCollectivitésLa plate-forme 3D des HCL prend une nouvelle dimension

La plate-forme 3D des HCL prend une nouvelle dimension

Outil unique à Lyon, le seul en France entièrement internalisé en milieu hospitalier universitaire, la plate-forme 3D des HCL du site de l’avenue Lacassagne, offre à un large panel de professionnels l’opportunité de réaliser à la demande, des objets liés au soin à exemplaire unique ou en petite série.
La plate-forme 3D des HCL prend une nouvelle dimension
©ES - De gauche à droite : Mélia Virely, Armelle Dion, Raymond Le Moign , Peggy Leplat-Bonnevialle (©ES).

Collectivités Publié le ,

Du bouchon-pince covid breveté HCL, (qui a été fabriqué à 80000 exemplaires chez un plasturgiste d’Oullins), jusqu’au crâne entier en passant par le gabarit de pédales pour les instruments de bloc opératoire en endoscopie digestive (breveté HCL et primé par la société européenne d’endoscopie digestive), les applications 3D sont infinies.

La plate-forme CO’Lab3D dispose d’une vingtaine d’imprimantes, dont quatre plus performantes (dépôt de fil et résine). Les soignants des HCL, au contact des patients hospitalisés en situation de handicap (entre autres), sont intéressés par des dispositifs sur mesure, des bracelets métacarpiens qui permettent la préhension, et autres objets personnalisés…

Et ce n’est que le début : « Nous avions déjà un partenariat avec 3d.Fab, une plateforme d’impression 3D académique de haute technologie, depuis 2018 - puis est venue la crise Covid, explique Peggy Leplat-Bonnevialle, chargée de mission Innovation & Partenariats. Les Hospices Civils de Lyon ont alors travaillé avec un réseau de makers, dont l’INSA Lyon, pour la production de visières et autres objets indispensables au quotidien des soignants. Un partenariat avec l’école d’ingénieurs a ensuite été poursuivi et développé. Une quinzaine de personnels des HCL et de l’INSA est venue prêter main forte au projet CO’Lab 3D en plus de leurs heures de travail. De septembre 2020 à septembre 2021, nous avons effectué notre « preuve de concept » avant de décrocher notre budget propre dans le cadre de l’Appel à Projets Innovants (API) lancé par la Direction de l’Innovation des HCL. Nous avons alors pu embaucher une ingénieure INSA dédiée à la plate-forme, Mélia Virely.»

Une nouvelle direction de l’innovation

Si CO’Lab 3D a d’abord permis de répondre à des besoins nés de la crise sanitaire, elle est aujourd’hui à l’écoute des besoins des professionnels des HCL, pour concevoir, prototyper, et produire tous types d’objets en impression 3D : des pièces destinées aux patients (pour l’éducation thérapeutique, pour contribuer à la rééducation ou aider dans les gestes quotidiens les patients de l’hôpital Henry Gabrielle-HCL par exemple…) mais aussi aux professionnels de santé (modèles anatomiques pour l’enseignement ou la planification chirurgicale, création d’objets sur mesure et de pièces détachées…).

Si la plate-forme travaille d’abord à l’interne, elle commence d’ores et déjà à répondre à des demandes externes, et développe ses relations avec le monde industriel sous la forme de licence, de transfert de technologie… » .

Elle n’est pas amenée à produire des prothèses ou orthèses pour les patients, « elle n’a pas vocation à se substituer aux fabricants de dispositifs médicaux, précise Peggy Leplat-Bonnevialle. »

Raymond Le Moign : « Trouver de nouvelles réponses »

Les services et prestations de la plate-forme sont placés sous la responsabilité de la directrice de l’innovation, Armelle Dion, dont le service, doté de 2,5M€, a été créé en avril 2021, sous l’impulsion de l’actuel directeur général Raymond Le Moign: « Nous avons souhaité créer un guichet unique de l’innovation aux côtés de la (direction de la recherche en santé au sein des HCL, explique Raymond Le Moign, c’est important pour le bénéfice du patient, pour la performance d’un hôpital, c’est un levier d’attractivité, y compris pour les personnels […]. A l’instar d’une start-up, il s’agit de décloisonner l’innovation, de trouver de nouvelles réponses qui ne sont pas encore sur le marché. Le médecin aujourd’hui peut devenir ingénieur, la double diplomation existe depuis 2020 avec l’Ecole Centrale. Le partenariat médecine-ingénierie se développe et participe pleinement à l’acte de soin… conclut le directeur des HCL.» La plate-forme CO’Lab3D en est, semble-t-il, l’exemple parfait.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?