Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

La Passat prépare l'avenir de Volkswagen

le - - Automobile

La Passat prépare l'avenir de Volkswagen

La routière familiale la plus vendue en Europe se rénove en intégrant des dispositions de pointe appelées à faire date sur la prochaine Golf et d'autres VW à venir.

L'électrochoc du « Dieselgate » a décidé Volkswagen à repartir du bon pied en se lançant à fond dans le tout-électrique. Mettant les bouchées doubles pour dévoiler une ID3 dès le prochain Salon de Francfort, du 12 au 22 septembre 2019. Mais pour autant, la mobilité thermique n'en reste pas moins le fer de lance de son activité.

Appréciée des grands rouleurs et des entreprises depuis le début de la lignée, lancée en 1973 (avant la première Golf), l'actuelle Passat, apparue en 2014, caracole ainsi en tête des ventes de son segment de marché, celui des routières familiales. Néanmoins, l'heure est à la remise à niveau pour ce modèle décliné en berline et en break SW. Extérieurement, par quelques reprises de détail, au final convaincantes pour rajeunir subtilement une silhouette classique et intemporelle : phares, calandre et boucliers avant et arrière, où le volet - hayon ou couvercle de coffre - s'orne désormais de la mention Passat en incrustation chromée.

À l'intérieur, l'œil constate d'abord la bonne qualité des habillages, de niveau haut de gamme. Au centre de la planche de bord épurée, l'horloge analogique a hélas été remplacée par une petite plaque marquée Passat d'apparence bien « cheap » ! En revanche, belle amélioration au niveau de l'écran central couleur tactile qui a pris de la surface, la dalle de verre passant à 9,2 pouces sur les meilleures exécutions.

Et si la série antérieure du modèle avait inauguré à la fois l'instrumentation conducteur numérique et un système multimédia, alors dernier cri, sa « phase 2 », lancée ces jours-ci, démultiplie l'enrichissement des équipements rattachés à l'univers du virtuel. Mais très concret dans leurs effets, au travers d'aides à la conduite novatrices. Telle la conduite partiellement automatisée à haute vitesse (Travel Assist), ou anticipative (Predictive ACC), toutes deux de série. Désormais réactif au toucher, le volant éradique tout autre signe de présence naguère exigé par « la machine ». La connectivité en sort également très renforcée, rendant permanent l'accès aux services en ligne (We Connect). Naturellement, chaque exécution (base, Lounge, Elegance, R-Line d'inspiration sportive, GTE et Alltrack) a été minutieusement révisée pour gagner en séduction et efficacité.

Enfin, passant à la nouvelle norme drastique Euro6 TEMP, la palette des motorisations a été recalée sur trois niveaux de puissance en diesel (120, 150 et 190 ch, à partir de 37 155 €) et deux en essence (150 et 190 ch, à partir de 33 865 €). Auxquels s'adjoint la version GTE hybride rechargeable 1.4 TSI forte de 218 ch en puissance conjuguée (à partir de 50 200 €). Et au volant de cette version la plus progressiste de la gamme, on a la faculté de rouler 55 km en mode tout électrique aux normes WLTP (environ 70 km en cycle NEDC). Soit 20 km de mieux que la mouture précédente, ce qui favorise grandement les étapes domicile-travail en émission zéro, à condition de pouvoir recharger aux deux bouts. Et pour peu que l'autonomie électrique ne soit pas le sujet crucial, les 218 ch de la GTE sont aussi capables d'offrir de la performance. Il y a même une fonction momentanée « boost », qui convoque toute les forces motrices, thermique et électrique, pour obtenir des accélérations canon !

Mais sans aller jusque-là, un Français ne peut qu'être impressionné de pouvoir filer librement sur les portions non limitées des autoroutes allemandes, sans pour autant avoir le sentiment de jouer « les gros bras ». Bref, en Passat GTE, on roule à 160 km/h avec le naturel de Monsieur Jourdain parlant en prose, illustration du service normal qu'assure une routière contemporaine lorsqu'elle n'est pas artificiellement bridée. Mieux : cette belle aisance comportementale n'empêche pas - au rythme de la circulation nationale - de limiter sa consommation d'essence dans une fourchette comprise entre 5,5 et 7,7 l./100, selon le style de conduite adopté.

Élargie à 37 versions, la gamme Passat s'enorgueillit de proposer un break SW en définition Alltrack (40 250 €). Recevant les attributs habituels des SUV, avec barres de toit, garde au sol augmentée et protections renforcées, ce modèle chic et animé d'un confortable diesel 2.0 TDI de 190 ch, avec boîte auto DSG et 4 roues motrices, gagne la faculté de pouvoir rouler aussi brillamment sur du goudron que sur de méchantes pistes de terre battue.




Philippe DALASSIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer