Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

La nuit en majesté pour le festival de l'Opéra de Lyon

Publié le - - Spectacle vivant

La nuit en majesté pour le festival de l'Opéra de Lyon
(c)by_watos - Répetitions Irrelohe

Alors que la journée découverte qui ouvrait le festival désormais traditionnel qu'a mis en place l'Opéra de Lyon en fin d'hiver a reçu pas moins de 1700 visiteurs, refusant du monde pour la conférence de Michel Pastoureau autour des couleurs, le thème de cette édition se compose « sur une tonalité, une couleur, une lumière spécifique - celle de la nuit » selon les mots de Serge Dorny.

Avec deux opéras à l'affiche dans la même salle pendant 16 jours, soit 15 représentations, et un opéra hors les murs , c'est tout de même une prouesse technique que les personnels de l'Opéra réalisent pendant ces deux semaines.

C'est ainsi que le public lyonnais, qui n'a pas pu voir et écouter Rigoletto, le tube de Verdi, depuis 40 ans aura droit à une nouvelle production mise en scène par Axel Ranisch et dirigée par Michele Spotti.

Axel Ranisch, réalisateur et dramaturge allemand encore peu connu sur les scènes françaises devrait dépoussiérer sérieusement ce grand classique du genre à l'image de Grégoire Pons et James Bonas qui s'attellent à La Lune de Carl Orff, un opéra en un acte inspiré d'un conte éponyme des frères Grimm, presque inconnu du grand public.

Comme ils nous avait enchantés avec leurs versions de L'Enfant et les sortilèges et de L'Heure espagnole de Ravel, respectivement présentées à l'opéra en 2016 et 2018, ils projettent de convoquer des images directement inspirées de l'univers du peintre anglais James Ensor et de l'illustrateur français Gustave Doré qui est entré dans l'histoire pour ses dessins accompagnant les Contes de ma mère l'Oye de Charles Perrault au XIXè siècle.

Nos yeux en scintillent d'avance, comme les étoiles dans la nuit noire de ce « Conte macabre ». Autre rareté à ne pas manquer, Irrelohe du compositeur allemand Franz Schreker.

Signifiant flamme folle en allemand, Irrelohe est une sorte de Trouvère de l'époque de Weimar.

Mis en scène par David Bösch, auteur d'une trilogie Mozart très remarquée, et dirigé Bernhard Komtarsky, le chef par cet opéra « vénéneux » devrait être la lune noire du festival !

Opéra de Lyon, théâtre du point du jour, 12 mars au 2 avril, www.opera-lyon.com

Maquettes décors Rigoletto 2020 ©Falko Herold

Photos repetitions Irrelohe (c)by_watos




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer