AccueilActualitéLa nouvelle stratégie spatiale française de défense

La nouvelle stratégie spatiale française de défense

Après l'annonce du Président de la République dans son discours du 13 juillet, c'est à la base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun que la ministre de la Défense Florence Parly vient de dévoiler la stratégie spatiale française de défense.
La nouvelle stratégie spatiale française de défense

Actualité Publié le ,

Concrètement, la ministre a présenté devant un parterre d'officiers généraux, d'officiers, de militaires de la base et d'industriels du monde spatial, les grandes orientations militaires françaises dans le domaine spatial. A savoir un programme doté de 700 M€ d'investissements supplémentaires dans le spatial militaire à horizon 2025, pour renforcer les moyens de surveillance et la capacité d'autodéfense dans l'espace. Cette somme abondant celle déjà prévue de 3,6 Md€ dans le spatial de défense, dans le cadre de la loi de programmation militaire 2019-2025.

" Aujourd'hui nos alliés et nos adversaires militarisent l'espace. Et alors que le temps de la résilience se fait de plus en plus court, nous devons agir et nous devons être prêts ", affirme la Florence Parly. Il est vrai que de plus en plus, l'espace est un véritable enjeu de sécurité, car il est devenu un lieu de confrontation de plus en plus militarisé, mais également nécessaire au bon déroulement de nos opérations militaires aériennes, terrestres ou maritimes.

La nouvelle stratégie s'appuiera sur trois axes organisationnel, juridique et capacitaire. Ainsi un grand commandement de l'espace va voir le jour à Toulouse, le 1er septembre prochain, placé sous l'autorité de l'Armée de l'air… et de l'espace, pour fédérer et coordonner tous les moyens consacrés au domaine spatial de défense. Comptant 250 personnels au départ, il montera régulièrement en puissance sur la durée de la loi de programmation actuelle.

Sur l'aspect juridique et pour mettre en place la stratégie spatiale française, Florence Parly a décidé que le ministère des Armées assumerait la fonction d'opérateur spatial. La ministre a enfin indiqué qu'elle souhaitait perfectionner les capacités de défense spatiale par le biais du nouveau programme « Maîtrise de l'espace », dont les deux volets sont surveillance et défense active, en particulier avec l'arrivée de nouveaux radars capables de détecter une « boîte à chaussures » à une distance de 1 500 kilomètres.

Plus que jamais, la France veut être maître de l'espace en ce qui concerne ses moyens militaires, avec une politique de surveillance active, d'autodéfense (et non de stratégie offensive), sans pour autant négliger en cas d'attaque, l'éblouissement des satellites ennemis, par exemple avec de puissants lasers. Des caméras de surveillance embarquées sur les satellites de communication ou encore l'emploi de nano-satellites patrouilleurs vont également dans ce sens là.

Accompagnée du chef d'état-major de l'Armée de l'air (CEMAA), le général Philippe Lavigne, la ministre de la Défense a ensuite visité le centre opérationnel de surveillance militaire des objets spatiaux Cosmos sur la BA 942, « un centre qui surveille l'espace », pour ne parler que des rentrées atmosphériques mais aussi de l'anticipation des événements spatiaux majeurs.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?