AccueilEconomieIndustrieEntreprises : un retour à l'activité en demi-teinte

Entreprises : un retour à l'activité en demi-teinte

Entreprises : un retour à l'activité en demi-teinte

EconomieIndustrie Publié le ,

126 dirigeants d'entreprises, membres élus des CCI d'Auvergne-Rhône-Alpes issus principalement du Medef et de la CPME, témoignent de leur activité sur le mois juin. L'enquête menée par l'Observatoire Covid-19 dévoile que si 51 % des entreprises se disent en situation normale d'activité, elles sont encore 44 % à être en activité réduite.

Parmi les autres points essentiels à retenir, le retour progressif des salariés au bureau avec 81% des entreprises qui ont au moins la moitié de leur effectif présent.

L'enquête montre par ailleurs un chiffre d'affaires largement défavorable sur le mois de mai : 85 % des entreprises sont en baisse sur un an, dont 29% avec un recul supérieur à 50 % ou sans activité. « Dans ce contexte, une entreprise sur deux est toujours confrontée à des difficultés d'approvisionnement en France » expliquent les auteurs de l'étude.

Des statisiques qui traduisent des perspectives préoccupantes avec 13 % des répondants qui s'estiment sortis d'affaire ou non touchés par la crise. Pour 39 % d'entre eux, l'activité sera touchée jusqu'en 2021. Et pour 15 %, la sortie de crise n'est pas attendue avant 2022.

Interrogés sur les opportunités pouvant conforter l'activité économique dans le contexte actuel, les dirigeants d'entreprises évoquent notamment les possibilités de croissance externe/consolidation des acteurs du secteur, les avancées que la crise a provoquées en termes de transformation numérique et l'incitation à consommer « plus près ». 
Enfin, 73 % des entreprises prévoient un repli en termes d'investissement en 2020.

* Créé par les CCI d'Auvergne-Rhône-Alpes, avec le Medef et la CPME Auvergne-Rhône-Alpes, l'Observatoire Covid-19 produit des enquêtes régulières afin de caractériser la situation des entreprises régionales et d'exprimer les besoins des entrepreneurs.

L'impact du chiffre d'affaires

Près d'une entreprise sur deux rencontre des difficultés de trésorerie, soit une part moins importante que début mai (- 10 points) ou mi-avril (- 5 points). C'est surtout la part des situations très difficiles qui semble se replier. Pour la quasi-totalité des entreprises concernées, l'insuffisance du chiffre d'affaires est toujours en cause et 1/3 sont impactées par l'allongement des délais de règlement. Les activités de services sont ce mois les plus touchées par les difficultés de trésorerie. Tous secteurs confondus, la mise en place de mesures de protection sanitaire engendre une augmentation des charges de fonctionnement pour 2/3 des entreprises. Ce surcoût est variable : pour celles qui peuvent le chiffrer, il est entre + 10/15 % pour le plus grand nombre d'entreprises et de + 8,6 % en moyenne.

Un contexte qui n'encourage pas les invrstissements : 73 % des entreprises prévoient un repli en 2020 (dont 1/3 avec un recul supérieur à 50 %) alors que seulement 14 % anticipent une hausse. Les non réponses (13 %) traduisent un certain manque de visibilité, notamment dans le commerce. « Dans les mois qui viennent, les décisions d'investissement seront d'abord conditionnées par l'évolution du chiffre d'affaires et du carnet de commandes. La capacité de financement est le 2e facteur le plus cité (trésorerie, aides publiques, niveau des taux d'intérêt). Vient ensuite le retour global de la confiance. Les suites sanitaires du Covid-19, y compris la découverte d'un vaccin, sont rarement citées comme l'un des déterminants directs des décisions d'investissement » analyse-t-on dans l'étude.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?