AccueilCollectivitésAttractivité métropolitaine dans une Europe chahutée

Attractivité métropolitaine dans une Europe chahutée

Alors que la Métropole de Lyon a vu son attractivité internationale confirmée en 2018, l'Europe a enregistré un recul des implantations d'entreprises étrangères. A commencer par l'Allemagne et le Royaume-Uni.
Attractivité métropolitaine dans une Europe chahutée

Collectivités Publié le ,

Les chiffres présentés par l'Aderly en début d'année étaient de nature à rassurer ceux qui doutent de l'attractivité internationale de la Métropole de Lyon. Avec 12,5 % d'implantations exogènes supplémentaires par rapport à l'année précédente, 2018 avait tout d'un grand cru. Les résultats de l'étude présentée par EY, le 11 juin, à l'occasion de l'Assemblée générale de l'Aderly, viennent confirmer cette impression si c'était encore nécessaire.

« En 2018, le nombre d'implantations d'entreprises étrangères a diminué de 4 % en Europe. Le Royaume-Uni et l'Allemagne, qui enregistrent une baisse identique de 13 %, sont les deux principales victimes de cette tendance », détaille Vincent Raufast, Senior Manager chez EY Advisory. Dans le même temps, la France a bien résisté, progressant même de 1 %. Un contexte morose, dans lequel la Métropole de Lyon a donc surperformé.

Fort de cette dynamique supérieure à la moyenne, la Métropole de Lyon et la région Auvergne-Rhône-Alpes intègrent le Top 10 des régions européennes ayant enregistré le plus grand nombre d'investissements étrangers en 2018. Certes très loin de l'Ile-de-France et de la Bavière, qui affichent plus de 250 dossiers enregistrés, et plus encore du Greater London et de ses 458 implantations, mais devant des concurrents comme Berlin ou Barcelone.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?