AccueilDroit« La médecine légale, fille de la justice »

« La médecine légale, fille de la justice »

L'institut hospitalo-universitaire de médecine légale de Lyon a organisé à la Faculté de médecine et de maïeutique, en collaboration avec la Cour d'appel de Lyon, son colloque annuel de médecine légale.
« La médecine légale, fille de la justice »
© Michel Godet

Vie juridiqueDroit Publié le ,

«La médecine légale est la fille de la justice» n’hésite pas à dire le Professeur Daniel Malicier, initiateur de ces rencontres. Au programme du colloque, placé sous la présidence de Bruno Pireyre et de Sylvie Moisson, respectivement premier président et procureure générale de la Cour d’appel de Lyon, le décryptage des actualités médico-légale et l’étude des sujets en rapport avec les dommages corporels.
Ce colloque, essentiellement destiné aux juristes, magistrats, enseignants et étudiants, permet de s’interroger sur l’avancée des techniques relatives à la médecine légale, et rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir.

Ainsi, au delà de l’éthique, de la responsabilité du médecin généraliste, du point de vue de l’avocat ou encore de l’évolution de la jurisprudence en matière d’indemnisation des accidents du travail, d’autres sujets entre en ligne de compte comme celui de la détermination de l’âge physiologique chez le mineur supposé et des principes de précaution consécutifs. Ainsi, comment vérifier et établir avec précision qu’un individu est mineur ou non, lorsqu’il est interpellé et qu’il nie (souvent dans une langue étrangère) être majeur ?

Au travers des nombreuses interventions, les participants ont appréhendé le rôle fondamental des primo-intervenants sur les scènes de crimes (officier sapeur pompier Philipe Chabbouh SDMIS), l’avenir de l’enseignement des sciences criminelles ou encore les problèmes médico-juridiques en rapport avec le bitume et les cancers induits (Me Jean-Jacques Rinck).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?