Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

La Maison de la danse se met la tête à l'envers

Publié le - - Spectacle vivant

La Maison de la danse se met la tête à l'envers
Herman Forgeloos - Vader du Collectif Peeping Tom

Coup d'envoi pour la quatrième édition du Festival Sens Dessus Dessous. Ce mini-festival initié par la Maison de la danse fourmille de nouvelles propositions, plutôt inhabituelles. À découvrir absolument.

La Maison de la Danse se met sens dessus dessous pour la quatrième fois. Ce mini-festival créé par Dominique Hervieu promet de singulières découvertes et quelques retrouvailles. D'autant que cette année, par un heureux hasard, toutes les compagnies invitées ont des accointances artistiques et ont traversé certaines des œuvres des Ballets C de la B. L'occasion de jeter un coup d'oeil aux marges de la création actuelle, de la recherche très formelle de Noé Soulier à celle très organique, au contraire du Groupe Entorse.

 

En tête d'affiche, le collectif belge Peeping Tom qui revient à Lyon avec sa dernière pièce. Huis-clos dont l'action se déroule dans la salle des pas perdus d'une maison de retraite, Vader explore « avec un humour poignant le moment où l’imagination ou la maladie d’un vieil homme menace de faire basculer les réalités du quotidien d’une maison de retraite dans le rêve ». Vader Peeping Tom promet comme toujours une plongée surréaliste dans l'insconscient et la folie, la fantaisie et l'improbable. Suivront sur le grand plateau de jeunes figures de la nouvelle génération, Noé Soulier et le collectif ÈS. Le premier s'absorbe dans une danse abstraite en disséquant le mouvement tandis que les trois compères du collectif ÈS assemblent leurs énergies dans une explosion d'élans toujours recommencés.

 

Le studio Jorge Donn accueille le Groupe Entorse, étrange association d'un danseur caoutchouc, une musicienne improvisatrice et un créateur lumière, avec Haute résilience, une démarche expérimentale entre écriture et improvisation.  La fine fleur de la création féminine est également au rendez-vous avec trois solos de trois jeunes chorégraphes, Meytal Balnaru, Mélanie Lomoff et Jann Galois.  Dans un autre genre, le mentaliste Thierry Collet propose de tout dévoiler des spectateurs venus le voir à condition qu'ils laissent leur smartphone allumé. Une expérience absolument bluffante tout comme promet de l 'être La Maison sens dessus Dessous !

Maison de la Danse, 15 au 19 mars




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer