AccueilSpectacle vivantLa jubilatoire Logique du pire du duo Lepage/Gravel

La jubilatoire Logique du pire du duo Lepage/Gravel

Les amateurs et amatrices d'humour noir et de philosophie feraient bien d'aller faire un tour au théâtre du Point du jour ces temps-ci. Dans le cadre de sa programmation hors les murs, le théâtre des Célestins reçoit le tandem Lepage/Gravel et ça déménage !
La jubilatoire Logique du pire du duo Lepage/Gravel
Denis Farley - Logique du pire de Étienne Lepage et Frédérick Gravel

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Les amies et les amis québécois nous rendent visite avec leur humour dévastateur et leur énergie délirante. Deuxième collaboration du metteur en scène Étienne Lepage et du chorégraphe Frédérick Gravel (que le public lyonnais avait pu découvrir en 2013 dans le cadre du premier festival Sens dessus dessous organisé par la Maison de la danse), Logique du pire est une perle.

Mais une perle ornée de piquants, qui aurait trempé dans la « marde » comme nos cousins outre-atlantique aiment à dire. D'ailleurs il en est question lors d'une des saynètes qui s'enchaînent à un rythme étourdissant, comme une mitraillette en action. Le dispositif est assez simple, un plateau à peu près nu, sauf un canapé côté jardin et un bureau flanqué d'un fauteuil orange côté cour.

Ils sont cinq, trois hommes et deux femmes, qui vont prendre la parole chacun à leur tour pour nous raconter des histoires horrifiques et cruelles, faisant écho à la thèse de Clément Rosset dans l'ouvrage éponyme paru en 2013. Comme celle qui ouvre le spectacle dans laquelle un homme raconte que son alcoolémie très élevée a failli lui coûter la vie, mais de manière si drôle qu'on ne peut s'empêcher d'en rire.

Ou encore celle de celui qui se masturbe « jusqu'à que ça saigne et que son gland se transforme en un petit bout de chair tout déchiqueté »... Entre nihilisme revendiqué et enthousiasme communicatif, les cinq interprètes s'en donnent à cœur joie dans la surenchère et la cruauté, oscillant entre humour potache et réflexion philosophique, l'air de rien.

C'est extrêmement jouissif de les voir et les entendre déblatérer en toute quiétude les pires horreurs aussi naturellement que s'ils racontaient leur dernier déjeuner en compagnie de leur grand-mère, cultivant un mélange de suprême détachement et d'engagement physique complet.

Théâtre du Point du jour, jusqu'au 30 mars, www.theatredescelestins.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?