AccueilServicesLa franchise, alternative à la création d'entreprise

La franchise, alternative à la création d'entreprise

Système en plein essor, la franchise apporte un cadre rassurant et opérationnel, un accompagnement et une certaine indépendance professionnelle. Ce modèle économique permet à un créateur indépendant d'entreprendre plus rapidement et d'optimiser ses chances de succès en profitant de l'expérience, du savoir-faire et de la notoriété d'une enseigne.
La franchise, alternative à la création d'entreprise
Gilles Reboisson

EconomieServices Publié le ,

Ouvrir une franchise, c'est en quelque sorte se mettre à son compte, en bénéficiant d'un accompagnement. Le franchisé est propriétaire de son entreprise et reste indépendant juridiquement tout en faisant partie d'un réseau à la notoriété et au savoir-faire établis, qui le soutient à toutes les étapes de son projet : création, développement et gestion de son entreprise.

Leader européen, la franchise française connaît une progression régulière. Elle a vu son nombre de réseaux doubler ces dix dernières années. En 2015, les 1 834 réseaux qui représentent 69 483 points de vente, emploient 342 672 salariés pour un chiffre d'affaires de 53,38 Md€. « Le système est bien encadré et organisé avec une fédération qui clarifie et réglemente la franchise, explique Marc David, responsable du service animation réseaux commerces de la CCI de Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne. Aujourd'hui, n'importe quelle entreprise peut réfléchir dans son modèle de développement à la franchise. Car elle présente un intérêt financier pour les deux parties, franchisé et franchiseur, qui partagent le projet. L'activité n'est pas dépourvue de risques mais peut démarrer assez vite. Le franchisé est un créateur d'entreprise comme un autre. »

Le système de la franchise intéressera les actifs qui veulent prendre un tournant dans leur vie professionnelle et ont envie de devenir créer leur entreprise. Alternative à la création d'entreprise, la franchise duplique un concept qui a fait ses preuves et permet de minimiser les risques. La croissance du chiffre d'affaires sera donc plus rapide, de même que les perspectives d'évolution. En revanche, l'indépendance n'est pas totale, un contrat lie le franchiseur au franchisé.

Historiquement, la franchise se concentre sur les boutiques en rez-de-chaussée. L'équipement de la personne détient la palme avec le plus grand nombre de réseaux. Masi, depuis quelques années, la restauration rapide, les services à la personne et l'alimentaire progressent. Les petits supermarchés sont en plein essor en milieu urbain. « Cela signe un retour à la proximité. La franchise surfe sur ce type de comportement », ajoute Marc David.

Le commerce en ligne incite désormais le franchiseur à gérer un équilibre entre la vente sur le net et la vente en boutique. Il s'agit là de vrais enjeux qui doivent permettre par différentes stratégies, d'apporter un nouvel élan au commerce. « Il faut trouver une alchimie pour concilier les deux. »


« Le e-commerce enrichit la franchise »

Associé au cabinet Franchise management à Lyon, enseignant en animation de management de réseaux à l'IAE et à l'université de Haute-Alsace, Sylvain Bartolomeu évoque l'avenir de la franchise

Le succès de la franchise a-t-il atteint ses limites ?
La franchise est un système de fonctionnement entre entrepreneurs doté d'un cadre qui apporte de la rigueur. Elle mutualise les moyens. C'est sa force. Elle impose à chacun de ses membres d'appliquer le savoir-faire décidé par le franchiseur et de gagner en performance au fil de la progression du réseau.
Une des clés du succès de la franchise est l'analyse comparative. Elle explique sa prise de parts de marché sur les indépendants. Aujourd'hui, à l'image de Darty, les grands succursalistes passent tous à la franchise. D'autre part les industriels montent des réseaux et s'installent en franchise. Enfin, de nouveaux secteurs apparaissent, comme celui des professions médicales.

Quel est l'impact du commerce en ligne sur la franchise ?
Le modèle hybride, le modèle le plus performant, réunit intégrés et franchisés. Le constat est le même entre le virtuel et le physique. Les enseignes maitrisant les deux réussissent mieux. Il faut mettre en place un système très modulaire qui pense au client. Cette formule profite à la franchise à condition de construire un modèle équilibré entre e-commerce et commerce physique. L'un enrichit l'autre. LDLC est un exemple de e-commerçant avec une vingtaine de boutiques et un groupe de 500 M € de chiffre d'affaires.

Un jour pour se lancer dans la franchise

Avec une fréquentation qui a triplée depuis quatre ans, le forum franchise confirme l'intérêt croissant des créateurs d'entreprise. Organisé par la CCI de Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne dans le cadre de la semaine « Entreprendre en franchise, pourquoi pas vous ? », la huitième édition réunit 150 exposants et 500 experts et professionnels de la franchise. Outre la promotion de leur enseigne, ils rencontreront 2 500 porteurs de projets. Tous les secteurs seront représentés : alimentaire, beauté-santé-forme, équipement de la personne, services à la personne et aux entreprises, automobile, restauration, équipement de la maison, immobilier, conseil en franchise…
Des conférences gratuites et des ateliers ponctueront la journée afin d'informer les candidats à la franchise et de leur permettre de trouver en une journée, sur une surface d'exposition de 2 500 M2, toutes les réponses qu'ils se posent avant de se lancer.
Centre de Congrès de Lyon, le mercredi 19 octobre

« La franchise est un accélérateur de croissance »

Le développement des franchises a permis à L'Appart Fitness de se positionner sur un marché en pleine expansion.

Armé d'une solide expérience dans monde du sport, Patrick Mazerot se reconvertit dans le fitness en créant le premier club L'Appart Fitness, rue de la République à Lyon en 2007. Conseillé par la CCI de Lyon, il participe au premier forum de la franchise et ouvre l'entreprise à ce concept en 2011, afin de s'adapter au fort potentiel du marché français. Ce modèle, qui facilite l'accès à l'entreprenariat, lui permet de passer à la vitesse supérieure et de réaliser un maillage rapide du territoire régional puis national. Aujourd'hui, L'Appart Fitness compte 42 clubs en exploitation dont 31 franchises. Quatre nouveaux clubs devraient ouvrir en 2016. « La franchise nous a permis d'accélérer le croissance et d'ouvrir des clubs sans mobiliser des fonds propres. Antithèse de l'isolement, elle représente un engagement entrepreneurial fort de la part du franchisé », explique le fondateur de l'entreprise.
Le groupe accompagne les candidats à la franchise dans la mise en place de leur projet et dans la gestion de leur club. Les franchisés bénéficient d'une assistance à l'ouverture de leur club et d'une formation continue ainsi que de supports communication. En 2014 et 2015, le réseau l'Appart Fitness a été récompensé par l'IREF, Fédération des réseaux européens de partenariats et de franchise.

Un équilibre entre franchisé et franchiseur

Avec l'ouverture de 40 magasins en 2015, La Vie Claire conserve une mixité entre les franchisés et les points de vente intégrés.

Acteur engagé dans la distribution de produits biologiques de qualité, Installé à Montagny depuis 2011, La Vie Claire est un franchiseur historique. Le groupe possède un réseau de 215 magasins franchisés dont 8 à l'étranger et elle exploite 75 magasins intégrés sur tout le territoire. Benoit Soury, directeur général, analyse le succès de l'entreprise : « La franchise offre une rapidité de développement, avec un partage des risques. Elle permet également de s'appuyer sur de vrais entrepreneurs. C'est aussi un système assez vertueux qui participe au maintien d'un type d'organisation tournée vers la performance du réseau et la fidélité des franchisés. Mais nous conservons un modèle mixte avec des magasins en propre qui signent l'exemplarité de l'entreprise. »
Lancé en 2015, le commerce en ligne de la Vie Claire est appuyé par le réseau. Préparés au siège de Montagny, les produits en vente sur le site internet sont expédiés dans les points de vente où le consommateur les récupère le lendemain. Pas d'effet concurrentiel, mais une complémentarité avec la vente traditionnelle. Car plus d'un client sur deux prolonge ses achats faits par internet lors de son retrait en boutique.


Un pionnier de la franchise

L'émulation créée par la franchise a contribué à la réussite de l'enseigne Feu Vert

Le premier centre auto Feu Vert voit le jour à Ecully en 1972. L'objectif est de permettre à tous les automobilistes d'équiper et d'entretenir leurs véhicules dans les meilleures conditions de prix, de qualité, de délais et de proximité. La marque, qui se développe uniquement en franchise jusqu'à la fin des années 1980, privilégie la cible des jeunes. Ce concept répond aux nouvelles attentes du client.

« La franchise est l'essence même de l'entreprise. Elle a apporté une vive capacité de développement ainsi qu'un échange d'informations très riche. Car l'émulation est plus forte avec des franchisés qu'avec des salariés. En effet, ils investissent de l'argent, ils sont dynamiques, indépendant et réactifs avec des idées qu'ils savent faire valoir. C'est l'émergence des best practice, un des moteurs de la franchise, » précise Pierre Chatillon, directeur du développement de Feu Vert.

Aujourd'hui, l'enseigne compte plus de 300 centres auto en France, dont 60 % sont exploités en franchise. Une vingtaine de franchises changent de main chaque année. « Elles sont souvent transmises aux enfants, ce qui témoigne de l'efficacité du concept et de l'expérience. La franchise est une chance », ajoute Pierre Chatillon


Un juste équilibre avec le e-commerce

Spécialiste de la beauté et de la minceur, le réseau Efféa veut poursuivre son développement, notamment avec la boutique en ligne.

En 1996, la famille Machefer fonde Efféa à Tassin-la-demi-Lune (Rhône). Cet univers de la beauté et de la minceur pour la femme, qui s'appuie sur une méthode globale de soins, de diététique et de cosmétiques, se construit d'emblée sous le modèle de la franchise. La tête de réseau, située actuellement à Brignais, emploie une vingtaine de personnes et une cinquantaine de centres se répartissent sur tout le territoire français.

Efféa ouvre trois à cinq nouveaux centres chaque année et va amplifier le rythme avec huit à dix ouvertures par an. « Le succès de notre concept tient à la combinaison d'un marché de la beauté et de la minceur avec la commercialisation via la franchise. Ce modèle impose une bonne compréhension du concept par les franchisés qui sont de vrais coachs minceur. Pour cela, les franchiseurs exercent un travail important de communication, de gestion et d'animation de réseaux tout au long de l'année », explique Jean-Michel Marin, directeur général d'Efféa.

L'enseigne possède une e-boutique avec des digital managers. « C'est incontournable car il y a une vraie appétence des consommateurs pour le numérique et le net. Nous devons avancer dans ce secteur pour atteindre un équilibre entre le off et le on-line. La différenciation viendra de la capacité à rendre un service clients en termes de livraison, de disponibilité du produit et de service après-vente. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?