AccueilCollectivitésLa Fondation de France soutient des projets éducatifs

La Fondation de France soutient des projets éducatifs

La lutte contre le décrochage scolaire est l'une des causes prioritaires pour lesquelles la Fondation de France s'investit, en participant financièrement et activement à des projets mis en place par des collèges et des lycées.
La Fondation de France soutient des projets éducatifs

Collectivités Publié le ,

Si 150 000 jeunes sortent du système éducatif chaque année sans diplôme ni qualification, ils sont nombreux à perdre pied dès le collège, période charnière de la scolarité. « Le collège est le dernier endroit où tous les jeunes d’une même catégorie d’âge sont réunis, la finalité d’un socle de connaissances et de culture, la garantie d’une cohésion sociale », constate Anne Bouvier, responsable des programmes culture et éducation de la Fondation de France. En lançant un appel à projets à tous les établissements scolaires, la Fondation de France a choisi de donner la priorité au renforcement et à l’accompagnement du parcours des collégiens. Depuis 2010, elle a financé plus de 215 projets permettant à 25 000 collégiens de se réconcilier avec l’école. Sa force de mobilisation et de réflexion témoigne d’un investissement qui s’étend bien au-delà de sa participation budgétaire. Son impact est désormais reconnu par l’Education nationale qui s’inspire de ses idées pour mettre en place la prochaine réforme des collèges.

Parmi les projets soutenus par la Fondation Centre-est, trois exemples d’initiatives différentes ont vu le jour. Au lycée Alfred de Musset de Villeurbanne, un dispositif ESPOIR (Espace personnel d’orientation, d’insertion et de remotivation) a été mis en place. « Les jeunes en refus de scolarité participent à des actions de sociabilisation en collaboration avec des partenaires locaux. Le but de ces activités artistiques et sportives, ateliers cuisine, actions de solidarité, formations Bafa, entretiens psychologiques, est de leur remettre un pied à l’étrier, » explique Irène Martin, proviseur du lycée.

Au collège Elsa Triolet de Vénissieux, Philippe Gondard, le professeur d’EPS, permet à des collégiennes méritantes de vivre une expérience unique et en sortant de leur espace de vie restreint. Tout au long de l’année, elles construisent le projet d’un stage de voile qui aura lieu, cette année, dans les calanques de Cassis. Prendre des initiatives et des responsabilités et acquérir de l’autonomie et un savoir-être est le gage de réussite de cette aventure au grand large qui leur permet de gagner de la confiance.

Le lycée horticole Lyon Pressin s’attache, quant à lui, à utiliser et mettre en valeur les ressources de chacun pour raccrocher ceux qui restent à l’écart. « C’est à l’institution de s’adapter aux jeunes et aux nouvelles problématiques, et pas l’inverse, » affirme Martine Besson, responsable du CDI. En menant une réflexion sur les rythmes scolaires, les pratiques éducatives, la création d’un pôle ressource, les détours pédagogiques, l’équipe enseignante a permis de changer le regard des élèves vis à vis de l’enseignement.
Pour chaque projet auquel elle accorde entre 10 et 15 000 €, la Fondation de France se positionne comme un starter. Elle aide au démarrage d’initiatives qui apportent des espoirs à des jeunes rejetés par un système scolaire exclusif.


Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?